La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,20 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    -0,0063 (-0,52 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    42 563,43
    +1 749,07 (+4,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,61 (-0,96 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,65 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,51 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3834
    -0,0060 (-0,43 %)
     

"Il va falloir encore tenir": Macron répond à l'étudiante en détresse qui l'avait interpellé

Agathe Lambret avec Clarisse Martin
·1 min de lecture
Le président Emmanuel Macron le 14 décembre 2020 à Paris - MARTIN BUREAU © 2019 AFP
Le président Emmanuel Macron le 14 décembre 2020 à Paris - MARTIN BUREAU © 2019 AFP

"J'ai l'impression d'être morte", avait écrit Heïdi Soupault dans une lettre à l'adresse d'Emmanuel Macron. La jeune femme de 19 ans, étudiante à Sciences-Po Strasbourg, s'alarmait du sort des étudiants alors que la crise sanitaire liée à la pandémie de coronavirus perdure et que certains se sentent oubliés.

"J'ai l'impression de ne pas avoir de vie, et même ma vie intérieure n'est plus si nourrie qu'avant parce qu'on manque d'interactions sociales", déplorait-elle mardi sur notre antenne.

Dans un courrier daté de ce vendredi 15 janvier et que nous avons pu consulter, Emmanuel Macron lui répond. "Cette pandémie vous vole beaucoup", admet-il. "C'est dur d'avoir 20 ans en 2020: ce n'était pas une simple formule. Je le pense profondément", écrit le chef de l'État.

"Je comprends votre colère"

Néanmoins, "je vous le dis en franchise: il va falloir encore tenir", écrit le chef de l'État, qui souligne que "dès le 25 janvier, nous allons toutefois permettre aux étudiants de première année de reprendre les travaux dirigés par demi-groupe", dans la lignée des annonces faites jeudi lors de la conférence de presse gouvernementale. Et de rappeler également les mesures mises en place pour les jeunes, telles que le plan "1 jeune, 1 solution".

"Si je comprends votre colère, chère Heïdi, ce 'ras le bol' qui vous pousse à dire stop à la solidarité, je vous demande encore un effort. Pour quelques semaines. Continuez à tenir, à faire preuve de ce courage qui anime votre génération depuis mars dernier et qui force notre respect", poursuit Emmanuel Macron.

Article original publié sur BFMTV.com