La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1970
    +0,0057 (+0,48 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    -23,10 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    14 691,03
    -18,61 (-0,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3314
    -0,0042 (-0,32 %)
     

Unibail, la dernière guerre du CAC 40

Par Beatrice Parrino
·1 min de lecture
Christophe Cuvillier, président du directoire d'Unibail-Rodamco-Westfield, prépare une augmentation de capital.
Christophe Cuvillier, président du directoire d'Unibail-Rodamco-Westfield, prépare une augmentation de capital.

Un match d'un genre nouveau, inédit, sur la place de Paris : à droite, un président du directoire, Christophe Cuvillier, de la société foncière Unibail-Rodamco-Westfield (URW), numéro un mondial des centres commerciaux ; à gauche, un de ses prédécesseurs à ce poste, le bâtisseur même de la maison, présenté comme un des meilleurs spécialistes de l'immobilier d'Europe, Léon Bressler. Le second a pris quelques billes au capital, un peu plus de 5 % tout de même, en s'alliant avec l'homme d'affaires et actionnaire d'Iliad Xavier Niel, et exige du premier un changement de cap. Et quel changement ? Radical ! Il ne désespère pas que l'assemblée générale, qui se tient mardi 10 novembre, ne lui donne raison. D'autant plus que l'actionnariat d'URW est ultra-explosé, sans investisseur structurant. Alors?

Depuis mi-octobre, Bressler, désormais à la tête du fonds d'investissement Aermont Capital, basé à Londres, s'oppose à grand bruit au projet de Christophe Cuvillier, présenté à la rentrée, de procéder notamment à une méga-augmentation de capital de 3,5 milliards d'euros (pour une capitalisation autour de 5,8 milliards d'euros actuellement) afin de désendetter le groupe. Cette opération aurait pour effet de diluer la participation des actionnaires, ce qui n'est pas du goût de Bressler. Pour obtenir un feu vert à son augmentation de capital, Cuvillier doit réunir deux tiers des voix. À nos confrères du Figaro, il expliquait que cette augmentation du capital est une « sol [...] Lire la suite