La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 927,60
    -2,40 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    21 642,44
    +304,13 (+1,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

Travail : les salariés français sont parmi les plus demandés au monde

Travail : les salariés français sont parmi les plus demandés au monde (Crédit : Getty Images) (Getty Images)

Être Français serait un atout non négligeable sur le marché mondial du travail à en croire une récente étude publiée par BCG et Cadremploi.

Les salariés français ont la cote sur le marché mondial du travail, selon une étude menée auprès de 90 000 talents dans 160 pays publiée par BCG et Cadremploi intitulée "What Job Seekers Wish Employers Knew". D’après cette enquête, les talents français sont parmi les plus démarchés au monde par les chasseurs de tête. L’écrasante majorité (80%) des près de 1 900 personnes interrogées en France déclarent avoir été approchées plusieurs fois dans l’année par des recruteurs (vs 74% au niveau mondial) et 45% le sont tous les mois voire toutes les semaines (vs 39% au niveau mondial). En revanche, ils se révèlent moins confiants quant à leur pouvoir de négociation (59% vs 68% à l’échelle internationale).

Les valeurs de l’entreprise privilégiées plutôt que le salaire

Si les "talents" français figurent en tête de liste des recruteurs, ils se distinguent aussi par leurs aspirations légèrement différentes. Ainsi, 70% des candidats français (vs 52% au niveau mondial) se déclarent prêts à refuser une offre d'emploi de qualité en raison d'une expérience de recrutement négative (questions discriminantes, mauvais contact avec les recruteurs…). En France, le premier facteur pris en compte par les candidats est l’adéquation entre les valeurs de l’entreprise et les valeurs personnelles (21%). Arrive ensuite la volonté de disposer d’un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée (20%) et de bénéficier d'un travail intéressant (20%). La question du salaire n’arrive qu’en quatrième position alors qu’il s’agit du critère numéro un pris en compte par les candidats à l’échelle internationale.

"Au-delà des aspirations très fortes des salariés français en faveur d’un meilleur équilibre vie professionnelle-vie personnelle et de leurs attentes en faveur d’un mode de travail hybride, on assiste semble-t-il à une mutation profonde du rapport au travail", souligne Pierre Antebi, Directeur Exécutif du réseau The Network et l’un des auteurs du rapport.

Enfin, les Français semblent très attachés à l’idée de mettre du sens dans ce qu’ils font au travail. La moitié des sondés privilégient davantage le contenu de leur travail et le fait de travailler sur des sujets intéressants (27% au niveau mondial).

VIDÉO - Retraites : deux Français sur trois opposés à la réforme du gouvernement, selon notre sondage