Un tract anti-mariage homo avec le bulletin scolaire

Vincent Peillon ne va pas être content. L'ensemble des élèves d'un établissement privé de Basse-Normandie ont eu la surprise de recevoir fin décembre, avec leur bulletin de notes du premier trimestre, un tract contre le mariage des couples homosexuels, signé par l'Association des parents d’élèves de l’enseignement libre (Apel). L'association y exprime "son opposition ferme au projet de loi gouvernemental visant à permettre le mariage de personnes de même sexe".

La démarche avait reçu le feu vert de la direction de l'Institut Saint-Lô d'Agneaux, dans la Manche. Mais elle crée la polémique au sein des familles. Plusieurs trouvent la méthode inacceptable.

Des propos tranchés qui ont aussi fait réagir une quarantaine de lycéens, qui ont créé sur Facebook un groupe baptisé "Contre le mariage triste". Pour eux, le communiqué de l'appel constitue clairement une incitation à participer à la manifestation du 13 janvier contre le projet de loi "mariage et adoption pour tous".

Un courrier destiné uniquement aux parents

Le responsable régional de l'Apel a, selon France 3 Basse-Normandie, critiqué cet envoi aux familles. D'accord avec le ministre de l'Education nationale, il estime que ce débat n'a pas sa place dans un établissement scolaire. Selon lui, il y a beaucoup d'autres combats, "bien plus importants pour l'école libre", à mener.

La présidente de l'Apel à l'Institut Saint-Lô, Pierrette Pousset, ne comprend pas, en revanche, la démarche des élèves.

Le courrier était destiné aux parents et non aux élèves. C'est un communiqué national, nous n'avons rien ajouté. Il n'y a aucune idée derrière", (...) Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Un tract anti-mariage homo avec le bulletin scolaire
Peillon : un rappel utile des principes de la neutralité
Mariage homo : pour Peillon, "il n'y aura pas de guerre scolaire"
Mariage homo : Vallaud-Belkacem et la vidéo qui dérange
Mariage homo : "Vincent Peillon veut-il relancer la guerre scolaire ?"
Mariage homo : Peillon met en garde les écoles catholiques