Marchés français ouverture 3 h 38 min
  • Dow Jones

    33 947,10
    -482,78 (-1,40 %)
     
  • Nasdaq

    11 239,94
    -221,56 (-1,93 %)
     
  • Nikkei 225

    27 920,50
    +100,10 (+0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,0500
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    19 336,79
    -181,50 (-0,93 %)
     
  • BTC-EUR

    16 195,98
    -317,40 (-1,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    401,62
    -9,59 (-2,33 %)
     
  • S&P 500

    3 998,84
    -72,86 (-1,79 %)
     

Test de Scorn : un jeu vidéo répugnant

Notamment inspiré des travaux de Hans Ruedi Giger (papa de la créature d’Alien), Scorn est un jeu vidéo étrange en forme de voyage au bout de l’enfer. Au sens propre, comme au figuré.

Artiste suisse disparu en 2014, Hans Ruedi Giger a imaginé la créature effrayante du film Alien, le huitième passager, réalisé par Ridley Scott. Ses œuvres biomécaniques continuent d’être applaudies aujourd’hui. On en prend pour preuve le jeu vidéo Scorn, disponible depuis le 14 octobre 2022 sur PC, Xbox Series S et Xbox Series X (et dans le Xbox Game Pass). Les développeurs se sont ouvertement inspirés de sa patte, ainsi que de celle de Zdzisław Beksiński — dont les tableaux ressemblent tout autant à des cauchemars. Un tel mariage ne peut que promettre l’enfer.

Scorn est un jeu vidéo atypique sur bien des points. Sa direction artistique, conçue comme un hommage à deux hommes talentueux qui mettaient l’horreur en lumière, est répugnante. Cette barrière visuelle se dresse devant une expérience qu’on ne parvient à enfermer dans aucune case. À bien des égards, Scorn ressemble à un essai infructueux. On entraperçoit constamment une trame, mais on peine à en deviner l’aboutissement. C’est un autre chose difficile à conseiller, un OVNI qui mérite des warnings. Et, surtout, une véritable épreuve vidéoludique.

Retrouvez Scorn à moins de 40 € sur Steam

Scorn // Source : Capture Xbox
Scorn // Source : Capture Xbox

Scorn s’oublie dans ses propositions

Scorn commence comme un film d’auteur sans dialogue,

[Lire la suite]