La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,09 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9842
    +0,0022 (+0,23 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -3,70 (-0,22 %)
     
  • BTC-EUR

    19 697,60
    -116,76 (-0,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    +0,25 (+0,31 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,86 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,88 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,89 (-1,84 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,93 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1120
    -0,0003 (-0,03 %)
     

Les tardigrades survivent plusieurs décennies sans eau : on sait comment

Les scientifiques ont pu identifier la spécificité biologique des tardigrades, qui leur permet de surmonter la déshydratation.

Les tardigrades ne sont pas grands — moins d’un millimètre –, mais ils sont costauds. Et pour cause, ce sont des extrémophiles : ils survivent dans des conditions extrêmes et des environnements hostiles. Des températures glacées ou bouillantes ? Qu’importe, ils s’en sortent indemnes. Même le vide spatial et ses radiations n’ont pas raison d’eux, notamment en raison de leur « bouclier ».

Ils peuvent aussi survivre à l’absence d’eau pendant plusieurs décennies, là où un humain tiendrait difficilement plus de quelques jours. L’eau est réputée essentielle à la vie. Mais alors, quel est leur secret ? Une équipe de recherche japonaise a enquêté. Les résultats de leur étude ont été publiés le 6 septembre 2022.

tardigrade_esa
tardigrade_esa

« L’astuce réside dans la façon dont leurs cellules gèrent le stress pendant le processus de déshydratation », explique le professeur Takekazu Kunieda, sur le site du département des sciences biologiques de l’université de Tokyo.

Étudier les tardigrades, une « mine d’or »

Lorsque l’eau quitte une cellule d’un tardigrade, une protéine en particulier semble aider la cellule à conserver sa contenance physique. Ainsi, elle ne s’effondre pas sur elle-même malgré sa déshydratation.

[Lire la suite]