La bourse ferme dans 4 h 42 min
  • CAC 40

    7 169,10
    +36,75 (+0,52 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 230,59
    +21,28 (+0,51 %)
     
  • Dow Jones

    34 156,69
    +265,67 (+0,78 %)
     
  • EUR/USD

    1,0743
    +0,0013 (+0,12 %)
     
  • Gold future

    1 894,90
    +10,10 (+0,54 %)
     
  • BTC-EUR

    21 568,41
    +21,27 (+0,10 %)
     
  • CMC Crypto 200

    534,77
    +8,82 (+1,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,90
    +0,76 (+0,99 %)
     
  • DAX

    15 438,61
    +117,73 (+0,77 %)
     
  • FTSE 100

    7 922,83
    +58,12 (+0,74 %)
     
  • Nasdaq

    12 113,79
    +226,34 (+1,90 %)
     
  • S&P 500

    4 164,00
    +52,92 (+1,29 %)
     
  • Nikkei 225

    27 606,46
    -79,01 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    21 283,52
    -15,18 (-0,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,2099
    +0,0047 (+0,39 %)
     

Suite aux émeutes de Brasilia, les internautes se mobilisent sur Instagram pour traquer les responsables

ERALDO PERES/AP PHOTO

Dans les heures qui ont suivi le saccage des bâtiments gouvernementaux par des insurgés d'extrême droite dans la capitale brésilienne le 8 janvier dernier, un nouveau compte est apparu sur Instagram.

Dénommé Contragolpe Brasil - un jeu de mots astucieux qui signifie à la fois "Contre le coup d'Etat au Brésil" et "Contre-souffle au Brésil" -, ce compte a rapidement commencé à publier des photos de participants présumés aux émeutes. L'idée était de recueillir des informations auprès de la population afin d'identifier "les personnes qui attaquent la démocratie au Brésil", ce qui permettrait aux autorités de retrouver et de punir plus facilement ceux qui ont échappé à une arrestation ce jour-là.

Seulement 24 heures après sa création, Contragolpe Brasil dénombrait 1,1 million d'abonnés.

"Je ne suis pas du tout surpris que ce compte soit apparu aussi rapidement", indique David Nemer, professeur d'études sur les médias à l'université de Virginie et associé à la faculté de l'université de Harvard. "Nous savions tous que [les insurgés] s'étaient organisés dans des groupes WhatsApp et des canaux Telegram car ils sont tous ouverts. Tout a été annoncé sur les réseaux sociaux. On s'y attendait. Il n'y avait pas de secret".

Les groupes qui ont monté l'attaque sont des partisans de l'ancien président de droite extrême Jair Bolsonaro. Malgré l'absence de preuves démontrant une fraude, ces partisans n'acceptent pas la légitimité du résultat des récentes élections présidentielles qui ont reconduit (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Après le Covid-19, l'étude des eaux usées pour anticiper la prochaine pandémie ?
Le système de santé français est-il (vraiment) à la ramasse ?
Fast fashion : voici pourquoi j'ai arrêté d'acheter sur Shein
La Corée du Nord va dépenser 15% de son PIB pour son armée
Il tente d'embarquer sur son vol avec un lance-roquette, l'arme saisie