La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 472,35
    -41,04 (-0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 725,39
    -29,21 (-0,78 %)
     
  • Dow Jones

    32 803,47
    +76,65 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0187
    -0,0063 (-0,61 %)
     
  • Gold future

    1 792,40
    -14,50 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    22 685,51
    -262,26 (-1,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    533,20
    -2,02 (-0,38 %)
     
  • Pétrole WTI

    88,53
    -0,01 (-0,01 %)
     
  • DAX

    13 573,93
    -88,75 (-0,65 %)
     
  • FTSE 100

    7 439,74
    -8,32 (-0,11 %)
     
  • Nasdaq

    12 657,55
    -63,03 (-0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 145,19
    -6,75 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    28 175,87
    +243,67 (+0,87 %)
     
  • HANG SENG

    20 201,94
    +27,90 (+0,14 %)
     
  • GBP/USD

    1,2071
    -0,0088 (-0,72 %)
     

Le spectre de la récession se précise : le conseil Bourse

Le scénario d’une récession gagne peu à peu en consistance. D’après la dernière édition de l’enquête semestrielle du géant français de la gestion d’actifs Natixis Investment Managers auprès de 34 experts, 24% des sondés estiment que la récession est inévitable, tandis que 64% d’entre eux la considèrent comme un “risque majeur” au cours des six prochains mois. Face aux perspectives de hausse des taux d'intérêt et de resserrement des politiques monétaires, “les stratégistes placent la récession en deuxième position sur la liste de leurs inquiétudes”, souligne Natixis IM. Si les banques centrales ont de nombreux outils pour lutter contre l'inflation, “il s’agira surtout de déployer les plans d’actions au bon moment, car le moindre manquement ou erreur pourrait être lourd de conséquences”, met en garde le gérant d’actifs.

Pour beaucoup, la question est la suivante : ces mesures vont-elles entraîner une récession de quelques mois (deux à trois trimestres) ou aboutir à une stagflation (croissance molle et forte inflation) qui durera des années ? Face à ce champ des possibles, “il n'est pas étonnant que plus de la moitié (55%) du panel redoute une erreur d’appréciation des banques centrales qui apparaît donc comme un risque à prendre en considération”, souligne-t-il.

Alors que 7 personnes sur 10 positionnent l’inflation sur le podium des risques pour le second semestre de l'année, “les répondants n’ignorent pas les événements géopolitiques mondiaux, comme la guerre en Ukraine : ils sont (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Rémy Cointreau table sur une nouvelle année de forte croissance
Decathlon : les secrets de son incroyable endurance depuis près de 50 ans
Orpea change de gouvernance en espérant tourner la page du scandale
Eutelsat signe avec OneWeb un accord de fusion pour créer un géant de l'internet spatial
CAC 40 : face à la crainte d'une récession mondiale, la Bourse s'annonce morose

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles