Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 853,87
    -504,22 (-1,25 %)
     
  • Nasdaq

    17 342,41
    -654,94 (-3,64 %)
     
  • Nikkei 225

    39 154,85
    -439,54 (-1,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,0844
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • HANG SENG

    17 311,05
    -158,31 (-0,91 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 275,12
    -560,56 (-0,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 355,00
    -10,90 (-0,80 %)
     
  • S&P 500

    5 427,13
    -128,61 (-2,31 %)
     

Soupçons de corruption autour de ventes d'armes: Thales perquisitionné en France, aux Pays-Bas et en Espagne

Le groupe de défense Thales, déjà mis en cause pour des soupçons de corruption, a été perquisitionné cette semaine dans plusieurs pays européens dans le cadre de deux enquêtes portant sur la vente de matériel militaire à l'étranger (Lou BENOIST)
Le groupe de défense Thales, déjà mis en cause pour des soupçons de corruption, a été perquisitionné cette semaine dans plusieurs pays européens dans le cadre de deux enquêtes portant sur la vente de matériel militaire à l'étranger (Lou BENOIST)

Nouveaux ennuis judiciaires pour Thales: le groupe de défense, déjà mis en cause pour des soupçons de corruption, a été perquisitionné cette semaine dans plusieurs pays européens dans le cadre de deux enquêtes portant sur la vente de matériel militaire à l'étranger.

Des perquisitions ont été menées de mercredi à vendredi aux sièges de différentes sociétés de l'entreprise en France, aux Pays-Bas et en Espagne, a indiqué à l'AFP une source judiciaire, confirmant une information de BFMTV.

D'après cette source, ces opérations "interviennent dans le cadre de deux enquêtes préliminaires portant notamment sur des faits de corruption et de trafic d’influence d’agent public étranger".

PUBLICITÉ

"La première ouverte fin 2016 notamment des chefs de corruption d'agent public étranger, corruption privée, association de malfaiteurs et blanchiment de ces infractions, porte sur la vente de sous-marins et la construction d'une base navale au Brésil", a précisé la source judiciaire.

Lors d'une visite officielle de Nicolas Sarkozy à Rio de Janeiro en 2008, la France et le Brésil avaient signé un contrat pour la vente de quatre sous-marins à propulsion classique de type Scorpène, pour un montant évalué à l'époque à 5,2 milliards d'euros.

Ces sous-marins devaient intégrer des composants de Thales. Trois d'entre eux ont déjà été livrés.

Un deuxième volet du partenariat visait à construire une nouvelle base navale et un chantier de construction de sous-marins à Itaguaí, inauguré en 2018.

Selon la source judiciaire, la deuxième enquête, qui n'avait pas été révélée jusque-là, a été ouverte en juin 2023.

- "Règlementations" -

Elle porte notamment sur des soupçons de corruption et trafic d'influence d'agent public étranger, corruption privée, association de malfaiteurs, blanchiment et recel de ces infractions, dans le cadre de "différentes opérations de vente de matériel militaire et civil à l’étranger".

D'après la source judiciaire, selon qui les "enquêtes se poursuivent", les opérations "ont été réalisées par 65 enquêteurs de l'OCLCIFF, 12 magistrats du PNF, avec la collaboration des autorités judiciaires néerlandaises et espagnoles, et la coordination d'Eurojust".

"Thales confirme que des perquisitions ont eu lieu. Le groupe coopère avec les autorités compétentes", a-t-il réagi samedi soir auprès de l'AFP.

"Thales rappelle qu'elle se conforme strictement aux règlementations nationales et internationales. L'entreprise a développé et mis en œuvre un programme de conformité mondial (...) qui répond aux normes les plus élevées de l'industrie", a insisté le groupe d'armement.

Thales, l'un des principaux groupes de défense dans le monde, spécialisé dans l'équipement pour l'aérospatiale, la sécurité, la défense et le transport terrestre, est déjà visé par des soupçons de corruption.

Un juge d'instruction parisien doit prochainement décider s'il suit les réquisitions du PNF, qui a demandé un procès pour Thales, DCNI (filiale de Naval Group), trois anciens dirigeants et un intermédiaire pour des soupçons de corruption dans la vente de sous-marins à la Malaisie en 2002.

Le parquet financier a aussi ouvert une enquête préliminaire, révélée en mai 2023, pour vérifier si le groupe d'armement a usé de corruption, ce qu'il conteste, pour obtenir un marché de rénovation d'avions de chasse Mirage-2000 en Inde.

Une autre enquête, ouverte en décembre 2020, se penche sur le transfert d'un ancien salarié de la multinationale française dans un poste à l'Organisation des Nations unies (ONU), l'un des clients de Thales.

gd-sm/pa/dlm