Marchés français ouverture 19 min
  • Dow Jones

    29 134,99
    -125,82 (-0,43 %)
     
  • Nasdaq

    10 829,50
    +26,58 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    26 173,98
    -397,89 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    0,9564
    -0,0034 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 388,23
    -472,08 (-2,64 %)
     
  • BTC-EUR

    19 637,87
    -1 671,24 (-7,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    429,67
    -29,47 (-6,42 %)
     
  • S&P 500

    3 647,29
    -7,75 (-0,21 %)
     

Solar Orbiter s’est retrouvée prise dans une « énorme » éjection solaire

Éjection de masse coronale
Éjection de masse coronale

Solar Orbiter a été confrontée à une éjection de masse coronale, c’est-à-dire un puissant dégagement de plasma. Un phénomène qualifié « d’énorme » par l’Agence spatiale européenne. Mais heureusement, la sonde n’a rien.

La vie d’une sonde spatiale n’est pas un long fleuve tranquille. Surtout lorsque sa mission l’amène à s’approcher d’une cible scientifique aussi agitée que le Soleil. L’Agence spatiale européenne (Esa) peut en témoigner : Solar Orbiter a connu une sacrée péripétie début septembre, heureusement sans conséquence. L’engin s’est en effet confronté aux conséquences d’une éjection solaire, qui a projeté des particules potentiellement destructrices.

C’est une élection de masse coronale qui a atteint Solar Orbiter alors que l’engin était en train de manœuvrer autour de Vénus — la sonde utilise cette planète comme catapulte gravitationnelle, afin de se relancer vers le Soleil. À cette occasion, elle en a profité pour ajuster sa trajectoire, de manière se mettre en meilleure position pour voir les pôles solaires.

soleil etoile nasa astronomie espace
soleil etoile nasa astronomie espace

« Les données montrent une augmentation du rayonnement des ‘particules énergétiques solaires’ », commente l’un des comptes officiels de l’Esa sur Twitter. Cette éjection de masse coronale est qualifiée « d’énorme » par l’Agence spatiale européenne, mais, fort heureusement, Solar Orbiter n’a pas été affectée. Merci à son bouclier thermique, décrit comme « ultramoderne ».

[Lire la suite]