La bourse ferme dans 5 h 40 min
  • CAC 40

    5 670,46
    -83,36 (-1,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 270,79
    -57,86 (-1,74 %)
     
  • Dow Jones

    29 134,99
    -125,82 (-0,43 %)
     
  • EUR/USD

    0,9558
    -0,0039 (-0,41 %)
     
  • Gold future

    1 625,50
    -10,70 (-0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    19 533,31
    -1 735,99 (-8,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    427,07
    -32,07 (-6,99 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,31
    -0,19 (-0,24 %)
     
  • DAX

    11 899,63
    -240,05 (-1,98 %)
     
  • FTSE 100

    6 863,83
    -120,76 (-1,73 %)
     
  • Nasdaq

    10 829,50
    +26,58 (+0,25 %)
     
  • S&P 500

    3 647,29
    -7,75 (-0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    26 173,98
    -397,89 (-1,50 %)
     
  • HANG SENG

    17 250,88
    -609,43 (-3,41 %)
     
  • GBP/USD

    1,0693
    -0,0038 (-0,35 %)
     

Solar Orbiter mobilise Vénus pour s’orienter vers les pôles du Soleil

Le troisième survol de Vénus par la sonde Solar Orbiter va servir à une correction de trajectoire. Objectif : orienter la mission de façon à lui donner un meilleur accès aux pôles du Soleil, des régions qui restent difficiles à observer.

C’est un rendez-vous spatial notable qui a lieu ce week-end. Dans la nuit du 4 septembre 2022, à 3h26 du matin, la mission européenne Solar Orbiter effectuera son troisième survol de Vénus, la deuxième planète du Système solaire la plus proche du Soleil. Ce passage à proximité lui permettra de se « recatapulter » en direction de l’étoile.

Il s’agit de la troisième assistance gravitationnelle de Solar Orbiter autour de Vénus (il y en a eu une quatrième fin 2021, mais qui impliquait la Terre). À cette occasion, l’engin se trouvera à une distance relativement proche : au plus près, son altitude ne sera « que » de 6 420 kilomètres par rapport à la surface vénusienne. Ce sera aussi l’occasion de prendre quelques clichés de plus.

solar orbiter venus
solar orbiter venus

C’est en octobre que Solar Orbiter se trouvera dans les parages du Soleil, quoiqu’en demeurant toujours à une distance raisonnable pour limiter les effets destructeurs du rayonnement solaire — et cela, malgré la présence d’un bouclier thermique pour protéger ses instruments scientifiques et toute l’électronique embarquée.

[Lire la suite]