La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 375,65
    -214,76 (-0,73 %)
     
  • Nasdaq

    10 875,23
    +7,31 (+0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • EUR/USD

    0,9623
    -0,0065 (-0,67 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • BTC-EUR

    19 919,61
    +66,46 (+0,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    440,44
    +7,34 (+1,70 %)
     
  • S&P 500

    3 673,85
    -19,38 (-0,52 %)
     

On ne peut pas téléphoner à internet, mais on peut le modérer

Cloudflare a bloqué l’accès à Kiwi Farms, un forum utilisé par des personnes malveillantes à des fins de harcèlement, de swatting et de doxxing. Cette semaine dans la newsletter #Règle30 éditée par Numerama, la journaliste Lucie Ronfaut montre qu’il n’y a pas que les réseaux sociaux qui doivent prendre leurs responsabilités envers les espaces qu’ils hébergent.

Souvent, quand on parle de modération en ligne, une image nous vient en tête : un modérateur ou une modératrice, travaillant probablement dans des conditions effroyables, décide en une poignée de secondes si un contenu est légal et/ou autorisé par les règles d’un grand réseau social. Ce n’est pas faux. Ce n’est pas complètement vrai non plus. La modération de contenus est un domaine vaste, pratiquée par des personnes avec des expériences différentes et une panoplie d’outils mal connus : des bases de données qui permettent de retirer automatiquement certaines images ou vidéos, la réduction de la visibilité dans le fil d’actualité, la démonétisation, des astuces de design pour ralentir les discussions, etc. Enfin, ce contrôle n’est pas seulement pratiqué par les réseaux sociaux. Sur le web d’aujourd’hui, tout est modération.

Cet article est extrait de notre newsletter hebdomadaire Règle30, éditée par Numerama. Il s’agit du numéro du 7 septembre 2022. Pour vous y inscrire gratuitement, c’est ici.

Une affaire récente illustre bien cette complexité. Ce week-end, Cloudflare, fournisseur de services divers pour sites internet,

[Lire la suite]