Publicité
La bourse ferme dans 8 h 21 min
  • CAC 40

    7 708,02
    0,00 (0,00 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 935,50
    -98,93 (-1,97 %)
     
  • Dow Jones

    38 647,10
    -65,11 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,0726
    -0,0016 (-0,15 %)
     
  • Gold future

    2 327,40
    +9,40 (+0,41 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 437,41
    -439,59 (-0,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 426,40
    +8,53 (+0,60 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,08
    -0,54 (-0,69 %)
     
  • DAX

    18 265,68
    -365,18 (-1,96 %)
     
  • FTSE 100

    8 163,67
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nasdaq

    17 667,56
    +59,12 (+0,34 %)
     
  • S&P 500

    5 433,74
    +12,71 (+0,23 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    18 007,85
    -104,78 (-0,58 %)
     
  • GBP/USD

    1,2733
    -0,0028 (-0,22 %)
     

Ce site industriel serait à l’origine de tremblements de terre !

Pixabay

La terre tremble dans les Pyrénées-Atlantiques. À Lacq, les habitants ont l’habitude de ressentir les mouvements dans le sol. Ici, il n’est pas question d’un tremblement de terre naturel, mais bien d’un séisme causé par l’homme, rapporte France 3 Occitanie, le 27 mai 2024. En effet, une étude scientifique franco-allemande est venue confirmer les doutes qui existaient depuis 1969 et le premier séisme recensé dans le secteur du site industriel de Lacq. Chaque année désormais, c’est une centaine de tremblements de terre qui est ressentie. Ces derniers ont été recensés sur les trois dernières années par l’équipe de chercheurs dirigée par Jean Letort, enseignant chercheur à l'université Toulouse III-Paul Sabatier.

L’enquête de terrain a permis d’écarter l’hypothèse de l’extraction du gaz profond. «Or, l'extraction du gaz a été arrêtée en 2013 mais les séismes n'ont pas cessé», rappelle Jean Letort. L’étude «montre que le facteur des injections d'eaux usées a un rôle majeur dans la sismicité. Les eaux usées issues de l'activité industrielle sur le site sont en fait stockées régulièrement dans le réservoir sous terre», détaille-t-il auprès de France 3. En outre, la puissance des séismes mesurés pourrait bien être proportionnelle au volume des injections, met en exergue l’étude scientifique.

Désormais, Jean Letort souhaite que les recherches de son équipe se poursuivent. «Il est important de mettre en place un réseau de surveillance pour mieux mesurer et préciser les aléas et les risques (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La BCE s’apprête à baisser ses taux, jusqu’où pourra-t-elle aller ?
Tour de vis pour les demandeurs d’emploi, la fin de vie en débat… L'actu éco en 120 secondes
Fin de vie : qu’est-ce que le projet de loi pourrait changer pour les patients ?
Deliveroo déclenche la colère de ses clients avec ce message «très maladroit»
Renault et Santander : un duo de choc pour révolutionner le leasing automobile