La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 877,70
    -53,10 (-2,75 %)
     
  • BTC-EUR

    21 564,67
    -262,32 (-1,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Service minimum : 3 questions pour tout comprendre au débat

François Lalande/Capital

Vers un mardi noir ? Après le succès du mouvement de grève du 19 janvier contre le projet de réforme des retraites du gouvernement, les syndicats prévoient une deuxième journée de mobilisation, mardi 31 janvier. Celle-ci pourrait provoquer de nombreuses perturbations dans plusieurs secteurs du pays, et notamment les transports. Ainsi, des millions de Français risquent de rencontrer de nouveau des difficultés pour se déplacer et rejoindre leur lieu de travail. De quoi relancer le débat sur le service minimum en France. Comment est-il censé fonctionner lors d’une journée noire comme celle qui est attendue avec la grève du 31 janvier et est-il amené à être réformé ? Capital fait le point.

Le service minimum est un fonctionnement minimal qui doit être assuré par une administration, un service public ou une entreprise de transports en commun en toute circonstance, notamment en cas de grève. Son fonctionnement diffère selon les secteurs. Dans les transports par exemple, “la loi de 2007 prévoit qu’un niveau de service minimum peut être instauré en cas de grève, ou autres perturbations prévisibles, touchant les trains, les métros et les bus”, peut-on notamment lire sur le site vie-publique.fr.

Cela veut-il pour autant dire qu’il est obligatoire de garantir un minimum de trains, bus ou métros ? Pas tout à fait. En réalité, le droit de grève prime sur le service minimum. Selon la loi de 2007, les salariés ont uniquement l’obligation de se déclarer grévistes 48 heures à l’avance afin de permettre (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Euromillions : un gagnant à 1 million d'euros n'a plus que quelques heures pour réclamer son dû
Inondations, sécheresse... la facture record des catastrophes naturelles pour la France en 2022
CAF, Assurance maladie... C'est mission impossible pour joindre ces services par téléphone
La production automobile au Royaume-Uni plonge au plus bas depuis 1956
Cette nouveauté fiscale à ne pas oublier pour les propriétaires, les pépites françaises préférées des investisseurs… Le flash éco du jour