Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,99 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    +36,90 (+1,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    56 932,88
    -146,56 (-0,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,88 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,02 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2655
    +0,0029 (+0,23 %)
     

Salaire : pourquoi les employeurs n’augmentent pas les travailleurs payés au Smic

©Olivier Le Moal/Adobe Stock

Mettre fin à la trappe à bas salaires en France. Dans son discours de politique générale prononcé devant les députés et ses ministres, ce mardi 30 janvier, le chef du gouvernement Gabriel Attal a déclaré vouloir «faire évoluer un système qui nous a conduits depuis des décennies à concentrer nos exonérations au niveau du Smic». Car aujourd’hui, pour rappel, les employeurs bénéficient d’une réduction générale de leurs cotisations et contributions sociales (maladie, maternité, invalidité, décès, vieillesse, allocations familiales, accidents du travail et maladies professionnelles, contributions au fonds national d’aide au logement et de solidarité pour l’autonomie, retraite complémentaire, assurance chômage) sur les salaires inférieurs à 1,6 Smic (33 924,80 euros brut par an).

Mais le niveau de cette réduction est dégressif : plus on se rapproche du Smic, plus les exonérations de cotisations patronales sont élevées et, à l’inverse, plus on s’éloigne du salaire minimum légal - et donc plus on se rapproche du seuil de 1,6 Smic -, moins les employeurs bénéficient d’exonérations. Autrement dit, au-delà de Verser un salaire moins élevé, maintenir un travailleur au Smic permet à un employeur de réaliser des économies en matière de cotisations et contributions sociales. Résultat : augmenter les salariés payés au Smic coûte cher aux employeurs puisqu’ils doivent payer davantage de charges. «Aujourd’hui, pour augmenter de 100 euros le revenu d’un employé au Smic, l’employeur doit débourser (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Salaires : pourquoi les profs du privé sont-ils moins bien payés que ceux de l'école publique ?
Télétravail : votre employeur peut-il vous forcer à revenir au bureau ?
Intelligence artificielle : pourquoi les entreprises y succombent
Salaire : comment Gabriel Attal veut «désmicardiser la France»
Salaire des fonctionnaires au mérite : la réforme reportée, que va-t-elle changer ?