Publicité
La bourse ferme dans 3 h 16 min
  • CAC 40

    7 535,19
    -44,84 (-0,59 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 888,29
    -59,54 (-1,20 %)
     
  • Dow Jones

    40 954,48
    +742,76 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,0940
    +0,0037 (+0,34 %)
     
  • Gold future

    2 474,60
    +6,80 (+0,28 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 278,94
    +999,11 (+1,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 343,86
    +1,53 (+0,11 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,30
    +0,54 (+0,67 %)
     
  • DAX

    18 397,81
    -120,22 (-0,65 %)
     
  • FTSE 100

    8 153,13
    -11,77 (-0,14 %)
     
  • Nasdaq

    18 509,34
    +36,77 (+0,20 %)
     
  • S&P 500

    5 667,20
    +35,98 (+0,64 %)
     
  • Nikkei 225

    41 097,69
    -177,39 (-0,43 %)
     
  • HANG SENG

    17 739,41
    +11,43 (+0,06 %)
     
  • GBP/USD

    1,3030
    +0,0056 (+0,44 %)
     

Sans salaire pendant des mois, l’ex-International Espoir Paul Bernardoni raconte son «cauchemar»

Jean Catuffe/Getty Images

Du rêve au cauchemar. Après huit saisons passées en France, le gardien de but français et ancien international espoir Paul Bernardoni avait décidé de franchir le pas et d’aller jouer à l’étranger, en Turquie précisément. Un départ d’Angers pour le club de Konyaspor, une ville du sud-est du pays, qui devait marquer une nouvelle étape dans sa carrière. Mais rien ne s’est passé comme prévu, comme il en a témoigné dans les colonnes du Parisien. Le joueur de 26 ans s’était pourtant méfié avant de signer en Turquie (de nombreux joueurs ont déjà fait état de retards de paiement) : «J’ai envoyé des dizaines de messages à des gars qui avaient joué là-bas. À part un mec qui m’a dit de ne pas y aller, tous les autres m’ont dit : “Au pire, tu auras un ou deux mois de retard, mais à la fin tu récupères tout.”» Il les a écoutés et a donc signé.

Au bout de quelques semaines, Paul Bernardoni a très vite compris que quelque chose ne tournait pas rond dans le club. «Je n’ai jamais été payé une fois normalement avec le salaire mensuel prévu dans mon contrat», glisse-t-il. Il a demandé alors pourquoi. Mais on lui a répondu que «ça allait arriver très vite». Las d’attendre, il a lancé une première démarche auprès de la Fédération internationale pour être payé. Mais son initiative n’a pas du tout plu au sein du club. Après avoir emmené le joueur dans leurs bureaux, les dirigeants ne l’ont pas payé pendant trois mois et demi… jusqu’à la résiliation de son contrat. Un climat «ni honnête ni très sain», (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Mouvement social : pourquoi la colère des agriculteurs était-elle inévitable ?
Pour «avoir une retraite correcte», Jean-Pierre Castaldi a dû vendre son appartement
Hausse des tarifs de l’électricité : comment Bruno Le Maire justifie cette mesure impopulaire
Air France fera son retour à Tel Aviv le 24 janvier, une semaine avant Transavia
Gabriel Attal reçoit la puissante FNSEA pour tenter de calmer la colère des agriculteurs