La bourse ferme dans 5 h 10 min
  • CAC 40

    6 739,84
    +1,29 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 980,05
    +15,33 (+0,39 %)
     
  • Dow Jones

    34 589,77
    +737,24 (+2,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0433
    +0,0025 (+0,24 %)
     
  • Gold future

    1 791,90
    +32,00 (+1,82 %)
     
  • BTC-EUR

    16 384,12
    +72,38 (+0,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,85
    +4,15 (+1,04 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,86
    +0,31 (+0,38 %)
     
  • DAX

    14 472,19
    +75,15 (+0,52 %)
     
  • FTSE 100

    7 574,33
    +1,28 (+0,02 %)
     
  • Nasdaq

    11 468,00
    +484,22 (+4,41 %)
     
  • S&P 500

    4 080,11
    +122,48 (+3,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 226,08
    +257,09 (+0,92 %)
     
  • HANG SENG

    18 736,44
    +139,21 (+0,75 %)
     
  • GBP/USD

    1,2146
    +0,0084 (+0,69 %)
     

RTE alerte sur un risque "élevé" de tensions sur le réseau électrique en janvier

Pixabay

Vers des coupures de courant cet hiver en France ? Vendredi 18 novembre, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité en France (RTE) a estimé qu'il existait désormais un risque "élevé" de tensions sur le réseau électrique français en janvier, en raison d'un redémarrage plus lent que prévu de réacteurs nucléaires. Le risque apparaît "élevé sur le mois de janvier mais dépendra largement des conditions climatiques et de la possible survenue d'une vague de froid même modérée", selon RTE.

En clair : le risque que RTE appelle les Français à réduire leur consommation électrique en janvier, sous peine de coupures de courant, a augmenté, notamment car la maintenance des réacteurs d'EDF a pris du retard en raison d'une grève. Selon les prévisions de RTE, seuls environ 40 gigawatts (GW) de puissance du parc nucléaire devraient être disponibles début janvier, ce qui correspond à 65% de la capacité nucléaire installée.

Electricité de France (EDF) prévoyait de son côté la semaine dernière une disponibilité de 48 GW au 1er janvier. Actuellement, sur les 56 réacteurs que compte le parc nucléaire français, près de la moitié sont à l'arrêt, soit pour des maintenances programmées soit pour des problèmes de "corrosion sous contrainte", suspectées ou avérées.

Cela a réduit la production d'électricité nucléaire à son plus bas niveau historique, en pleine crise énergétique, et provoqué des milliards d'euros de pertes cette année pour EDF, dont le gouvernement a prévu la renationalisation à 100%. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Projet d'avion de combat européen : un accord entre industriels a enfin été trouvé
Il retire de l’argent du compte bancaire de son voisin grâce à une lettre reçue par erreur
Pénurie de médicaments : les mesures prises pour éviter une aggravation de la situation
Pourquoi les médecins généralistes menacent de fermer leurs cabinets
Dans cette métropole, un habitant sur quatre vit sous le seuil de pauvreté