La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 911,93
    -67,00 (-0,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Royaume-Uni : l'inflation accélère encore, au plus haut depuis 40 ans

Pixabay

L'inflation a encore accéléré en octobre au Royaume-Uni, à 11,1% sur un an, au plus haut en plus de 40 ans, propulsée surtout par la hausse des factures d'énergie, a annoncé mercredi 16 novembre l'Office national des statistiques (ONS). Ces nouvelles hausses de prix, plus rapides qu'attendu, sont un nouveau coup dur pour les ménages britanniques frappés par une sévère augmentation du coût de la vie, à la veille de la présentation budgétaire qui doit signer le retour de l'austérité dans le pays. "La hausse des prix du gaz et de l'électricité a poussé l'inflation à son plus haut niveau depuis plus de 40 ans" malgré le plafonnement des prix mis en place par le gouvernement, relève Grant Fitzner, chef économiste de l'ONS, sur Twitter.

Selon l'institut statistique, les prix du gaz ont bondi de près de 130% au cours de l'année écoulée, et l'électricité s'est envolée de 66%. Mais les hausses de prix de l'alimentation ont aussi contribué à tirer l'inflation à ce sommet depuis 1981. L'inflation avait accéléré le mois précédent à 10,1%, ce qui constituait un plus haut depuis 1982. Les hausses de prix ont grimpé au delà des attentes des économistes et de la banque d'Angleterre, qui s'attendaient à une inflation qui frôlerait sans le dépasser, le taux de 11% avant d'amorcer sa descente.

Des aides massives aux ménages face aux factures énergétiques avaient été annoncées par le précédent gouvernement de Liz Truss pour amortir la hausse des prix. Initialement prévues pour durer deux ans, ces (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un élève handicapé incapable d'aller à la cantine, car son accompagnant n'est plus rémunéré le midi
Le taux de chômage reste quasi stable au 3e trimestre à 7,3%
Un aperçu de la réforme des retraites au Sénat, les expulsions des locataires fragiles facilitées ? Le flash éco du jour
Le ralentissement de l'inflation aux Etats-Unis : "une bonne nouvelle pour tous", selon le gouverneur de la Banque de France
Oise : faute de facteurs, la distribution du courrier tourne au ralenti