Une Rolex de 1944 portée lors de la "Grande Evasion" ne séduit pas aux enchères

Une célèbre Rolex de 1944 a trouvé preneur aux enchères, mais à un prix inférieur aux attentes. Elle avait été portée par un prisonnier britannique lors de la véritable "Grande évasion" du camp de concentration nazi Stalag Luft III a été vendue aux enchères 189.000 dollars (178.000 euros) jeudi à New York. La somme finale pour la pièce d'horlogerie, vendue à un acheteur anonyme, a été inférieure aux 200.000 à 400.000 dollars attendus par la maison Christie's. La Rolex 3525 "Monoblocco" appartenait au lieutenant de la Royal Air Force Gerald Imeson lorsqu'il était détenu dans le camp allemand de la Luftwaffe, le Stalag Luft III à Zagan en Silésie, en Pologne.

Il la portait la nuit du 24 mars 1944 lorsqu'un groupe de soldats alliés a entrepris l'audacieuse évasion qui a inspiré le célébrissime film américain de 1963 "La Grande Evasion" de John Sturges avec Steve McQueen. Gerald Imeson avait commandé la montre auprès de Rolex en Suisse, qui l'a expédiée via la Croix-Rouge au camp de prisonniers situé près de l'actuelle ville polonaise de Zagan, selon Christie's. La montre en acier, dotée d'un cadran et d'aiguilles luminescents noirs, a été "déterminante dans la planification et l'exécution" de leur tentative de libération, a ajouté la maison de vente aux enchères.

Christie's pense que la montre d'Imeson a permis de calculer le temps nécessaire aux prisonniers pour se faufiler dans les tunnels utilisés pour l'évasion et de chronométrer les patrouilles des gardes du camp. Selon Christie's, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les grandes banques du Royaume-Uni ne sont plus "too big to fail"
Etats-Unis : une récession peu probable pour la secrétaire au Trésor, très certaine pour les directeurs financiers
Le SPAC de Xavier Niel, Matthieu Pigasse et Moez-Alexandre Zouari entérine son rapprochement avec InVivo
CAC 40 : la Bourse dans le rouge, l'inflation aux Etats-Unis attendue au tournant
Plusieurs plaintes déposées contre Instagram et Facebook pour une surprenante raison