La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 568,82
    +87,23 (+1,35 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 109,10
    +50,05 (+1,23 %)
     
  • Dow Jones

    35 061,55
    +238,20 (+0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,1770
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 802,10
    -3,30 (-0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    29 126,67
    +356,91 (+1,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    786,33
    -7,40 (-0,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,17
    +0,26 (+0,36 %)
     
  • DAX

    15 669,29
    +154,75 (+1,00 %)
     
  • FTSE 100

    7 027,58
    +59,28 (+0,85 %)
     
  • Nasdaq

    14 836,99
    +152,39 (+1,04 %)
     
  • S&P 500

    4 411,79
    +44,31 (+1,01 %)
     
  • Nikkei 225

    27 548,00
    +159,80 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    27 321,98
    -401,86 (-1,45 %)
     
  • GBP/USD

    1,3754
    -0,0013 (-0,10 %)
     

De retour d'Europe, Joe Biden affronte ses frondeurs

·1 min de lecture

La fin de l'état de grâce? Acclamé en Europe cette semaine lors de sa première tournée à l'étranger, le président américain Joe Biden est revenu chez lui pour se retrouver confronté aux divisions de sa propre majorité. Au sein du parti démocrate, le fossé continue de se creuser entre progressistes et modérés sur son souhait d'obtenir un accord bi-partisan pour son plan d'investissement de 2.300 milliards de dollars dans les infrastructures. Quitte à en diminuer le montant des deux tiers, comme le proposent les républicains, et à reporter son volet écologique en faveur d'une économie plus verte.

La fin d'un soutien?

Les "frondeurs" de la gauche du parti menacent désormais ouvertement de ne plus soutenir Joe Biden s'il maintient ce cap centriste également sur la question migratoire. La vice-présidente américaine, Kamala Harris, est actuellement critiquée y compris par son propre camp, pour sa gestion de la crise. En avril, le nombre de migrants sans papiers arrêtés à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis a atteint son plus haut niveau depuis 15 ans. Plus de 178.600 migrants ont été recensés, dont des mineurs arrivés seuls.

Lire aussi - Etats-Unis : pourquoi les nouveaux équilibres démographiques pourraient bousculer les projets de Joe Biden

"Sa marge de manœuvre est étroite, explique Will Marshall, directeur du Progressive Policy Institute. S'il ne réussit pas à apaiser les voix doctrinaires sur sa gauche, il prend le risque de perdre les élections de mi-mandat." 

...
Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles