Marchés français ouverture 48 min
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,79 (-0,56 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,95 (+0,59 %)
     
  • Nikkei 225

    28 333,52
    +209,24 (+0,74 %)
     
  • EUR/USD

    1,1423
    +0,0008 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    24 211,33
    -171,99 (-0,71 %)
     
  • BTC-EUR

    37 515,99
    -600,52 (-1,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 029,75
    +4,02 (+0,39 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     

"On nous a reproché des zombies trop gentils..." : Arthur évoque toutes les nouveautés de District Z Reloaded (TF1)

·1 min de lecture

Le soleil est encore au zénith quand nous arrivons au Parc Astérix en cette journée de juin. Pour la deuxième année, le « village » du célèbre gaulois accueille les tournages de District Z, le jeu de TF1, pensé dans l’esprit de la série américaine Walking Dead. Le décor ? Une zone sécurisée par l’armée après l’explosion du laboratoire d’un richissime scientifique qui se livrait à des expériences interdites… Au menu donc, des zombies, des candidats apeurés mais en quête du magot, un majordome devenu incontournable et un Denis Brogniart à la présentation. On prend les mêmes et on recommence ? Pas vraiment selon son producteur Arthur. "Ce n’est plus la même émission. La saison 1 nous a permis de peaufiner la 2. Il y a plein de choses que les téléspectateurs ne verront plus. On nous a également reproché des zombies trop gentils. Là, j’en ai deux aux urgences et des invités couverts de bleus. Les fans de zombies vont en avoir pour leur argent !"

À lire également

Arthur : Le producteur planche sur une nouvelle émission avec des drag-queens à l'honneur

Exit aussi le bunker où les candidats pouvaient récupérer entre deux épreuves.

"Les gens sont toujours persuad... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles