Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 628,57
    -42,77 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 907,30
    -40,43 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,57 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0697
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 334,70
    -34,30 (-1,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 943,70
    -804,23 (-1,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 326,39
    -33,94 (-2,50 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,59
    -0,70 (-0,86 %)
     
  • DAX

    18 163,52
    -90,66 (-0,50 %)
     
  • FTSE 100

    8 237,72
    -34,74 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,23 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,80 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2645
    -0,0015 (-0,12 %)
     

Renault : Ampère, le pôle voiture électrique, en Bourse au printemps 2024, selon Luca de Meo

HJBC/Adobe Stock

“La cible qu'on se donne pour Ampère, c'est le 1er novembre", assurait Luca de Meo sur BFM Business ce lundi 28 août. Le directeur général du groupe Renault a ainsi annoncé la séparation de sa filiale électrique du reste de l’entreprise pour l’introduire en Bourse, rapporte zonebourse.com. Objectif : printemps 2024. Or, une introduction en Bourse (IPO) “commence par le fait qu'il faut techniquement séparer l'entreprise […] du reste”, a rappelé le patron du groupe, qui deviendra lui-même le PDG d’Ampère.

“Une fois qu'on a fait ça, il y a tout le système derrière, éventuellement, pour aller dans la logique d'une IPO où il faut présenter le projet aux investisseurs”, a-t-il temporisé. Mais d’ajouter, confiant : “Évidemment, on a déjà commencé, ça se passe bien, et puis il y a des fenêtres dans le marché."

Le groupe a pourtant déjà repoussé son calendrier. Alors que Renault avait annoncé une séparation d’Ampère au second semestre 2022 pour une IPO au premier semestre de l’année prochaine, son PDG se donne finalement plus de marge que prévu. Et ce petit contretemps ne semble pas gêner le directeur général italien. Renault concourt à une course de fond, pas à une compétition de vitesse. D'autant que d’ici à 2025, le groupe prévoit la sortie de 20 nouveaux modèles de voiture.

"L'avantage qu'on a, c'est qu'on va avoir un effet produits très important, si jamais il y a des tensions sur la partie prix, analyse Luca de Meo. Mécaniquement, quand on a des produits neufs, il y a un effet positif (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite