La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 877,70
    -53,10 (-2,75 %)
     
  • BTC-EUR

    21 575,26
    -370,67 (-1,69 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • dólar/libra

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Les rapports d’ovnis ont augmenté aux États-Unis (mais il n’y a pas d’invasion alien)

Un document déclassifié (qui n’est plus classé secret défense) montre une augmentation du nombre de signalements de phénomènes aériens non identifiés au sein de l’armée, aux États-Unis.

Dans un document adressé au Congrès américain en début d’année 2023, l’Office of the Director of National Intelligence (ODNI) fait le bilan des rapports d’ovnis rassemblés ces dernières années. C’est-à-dire, des objets volants non identifiés (ou « phénomènes aériens non identifiés » dans une forme lexicale plus moderne).

L’ODNI a reçu pas moins de 366 rapports d’ovnis, transmis au sein de l’armée, depuis début 2021… contre 144 de 2003 à 2021. Voilà qui dénote une augmentation assez massive dans les observations rapportées au Pentagone. Pas de panique : ce n’est nullement le résultat d’une invasion alien et le document livre quelques explications.

Image de phénomène aérien non identifié de 2015. // Source : Pentagone
Image de phénomène aérien non identifié de 2015. // Source : Pentagone

« Une meilleure compréhension des menaces possibles »

Sur les 366 rapports, 171 sont « non caractérisés » et « non attribués ». Ces phénomènes ou objets présentent des « caractéristiques de vol ou performances inhabituelles nécessitant une analyse plus poussée », indique le document. Certains de ces phénomènes peuvent être liés à des erreurs sur les appareils de navigation, par exemple.

Pour les autres rapports :

  • 26 sont définis comme des drones (ou des appareils similaires) ;

[Lire la suite]