La bourse ferme dans 2 h 41 min

Résultats du premier semestre 2020

Atos International

 Une forte dynamique commerciale

Des prises de commandes en hausse de +9.4%, un ratio prise de commandes sur chiffre d’affaires de 112% (121% au deuxième trimestre)

Un chiffre d’affaires à 5 627 millions d’euros, -2,8% à périmètre et taux de change constants (-4,8% au deuxième trimestre)

Des actions fortes sur les coûts conduisant à une marge opérationnelle de 450 millions d’euros, soit 8,0% du chiffre d’affaires

Des décalages temporaires sur le besoin en fonds de roulement portant le flux de trésorerie disponible à -172 millions d’euros

Un Bénéfice Normalisé par Action Dilué à 2,93 €

Acquisitions en Cybersécurité et en Décarbonation annoncées aujourd’hui

Tous les objectifs 2020 sont confirmés

Paris, le 27 juillet 2020 Atos, leader international de la transformation digitale, annonce aujourd’hui ses résultats financiers pour le premier semestre 2020.

Elie Girard, Directeur Général, a déclaré : « Au cours du premier semestre 2020, dans le contexte très particulier de la pandémie, nous avons avant tout privilégié la santé et la sécurité de nos employés, tout en assurant la continuité des activités de nos clients, en particulier pour les services critiques, grâce à notre modèle d’affaires résilient. Nous avons également commencé au cours du semestre à préparer nos clients à l’après-Covid grâce à notre portefeuille d’offres « Future-Ready ».

Grâce à cette stratégie pertinente et au profil unique du Groupe, le chiffre d’affaires n’a baissé que de -2,8 % à périmètre et taux de change constants, le point bas ayant été atteint au deuxième trimestre. Tout en prenant soin de nos clients dans cette période particulière, nos près de 110 000 salariés à travers le monde ont réalisé une performance commerciale exceptionnelle, avec des prises de commandes en hausse de près de 10% sur un an. Au deuxième trimestre, nous avons signé plusieurs contrats importants dans le Numérique, le Cloud et la Sécurité. Enfin, les propositions commerciales ont connu une forte augmentation de 1,2 milliard d’euros, les clients se concentrant progressivement sur la transformation, la migration vers le Full Stack Cloud et l’Expérience des Salariés, tandis que la demande s’accélère également dans les Applications Critiques, la Sécurité Numérique et la Décarbonation. Dans ces deux derniers domaines, les acquisitions annoncées aujourd’hui viennent renforcer encore davantage nos offres.

Cette forte dynamique reflète également les progrès rapides réalisés dans la mise en œuvre de notre programme SPRING, porté par des offres spécifiques et une approche commerciale sectorielle tout en renforçant une culture orientée avant tout vers les clients. Avec ces premiers résultats de la transformation du Groupe, nous sommes très bien positionnés pour atteindre tous nos objectifs cette année, ce qui constituera une étape importante vers les cibles à moyen terme présentés au marché lors de la Journée Analystes 2020 qui s’est tenue le mois dernier. »

Performance du premier semestre 2020 par Secteur

Le chiffre d’affaires s’est établi à 5 627 millions d’euros, en baisse de -2,8% à périmètre et taux de change constants. Dans le contexte du Covid-19, le chiffre d’affaires du Groupe n’a que faiblement diminué grâce à un positionnement solide dans la plupart des Secteurs.


  Chiffre d'affaires Marge opérationnelle Marge opérationnelle %
En millions d'euros S1 2020 S1 2019* % organique S1 2020 S1 2019* S1 2020 S1 2019*
Industries 1 037  1 142 -9,2%   13  81 1,2% 7,1%
Services Financiers & Assurance 1 077  1 126 -4,3%   126  147 11,7% 13,1%
Secteur Public & Défense  1 216  1 146 +6,1%   116  97 9,5% 8,5%
Télécommunications, Médias & Technologies   836  885 -5,6%   84  55 10,0% 6,2%
Ressources & Services    804  827 -2,8%   43  73 5,3% 8,9%
Santé & Sciences de la Vie   657  665 -1,2%   68  71 10,3% 10,7%
Total 5 627 5 792 -2,8% 450 525 8,0% 9,1%
* A périmètre et taux de change constants              

Le chiffre d’affaires du Secteur Industries a atteint 1 037 millions d’euros, en baisse de -9,2% à périmètre et taux de change constants. Ce Secteur a été impacté par une baisse significative de son activité principalement au deuxième trimestre en raison de l’effet du Covid-19 dans l’Automobile et l’Aéronautique, en particulier en Europe du Sud, en Amérique du Nord et en Europe Centrale. Le Secteur a également été touché par la baisse des volumes avec Siemens, principalement en Amérique du Nord, et par l’effet de base sur les contrats prenant fin en 2019 en Europe du Nord. La marge opérationnelle a atteint 13 millions d’euros, représentant 1,2% du chiffre d’affaires, en raison de certaines variations exceptionnelles sur des contrats en difficulté et de facto par la baisse du chiffre d’affaires, ainsi que la possibilité de ne réduire que partiellement les coûts au cours du premier semestre.

Le chiffre d’affaires en Services Financiers & Assurances s’est élevé à 1 077 millions d’euros, soit une baisse de -4,3% en organique. Le Secteur a été impacté principalement au deuxième trimestre par une diminution de l’activité axée sur les projets, en raison du report et de la réduction des dépenses discrétionnaires de plusieurs institutions bancaires dans le contexte du Covid-19. Ce fut particulièrement le cas en Amérique du Nord et en Europe Centrale, tandis que les ventes réalisées l’an dernier en Marchés de Croissance n’ont pas été réitérées. La marge opérationnelle s’est établie à 126 millions d’euros, représentant 11,7% du chiffre d’affaires, en baisse de -130 points de base par rapport à l’année dernière, principalement due à la baisse du chiffre d’affaires en Amérique du Nord.

Le chiffre d’affaires Secteur Public & Défense s’est établi à 1 216 millions d’euros, en hausse de +6,1% à périmètre et taux de change constants, avec une accélération au deuxième trimestre 2020 pour atteindre +9,0%. La croissance a été portée par une forte demande dans les activités de High Performance Computing, principalement en Europe du Nord avec une institution de prévision météorologique et en Europe Centrale avec un centre de recherche, tandis que les projets délivrés l’an dernier en Europe du Sud n’ont pas été renouvelés. Toutes les autres activités ont été très résilientes, ce qui a été particulièrement le cas avec des volumes plus élevés pour des institutions de l’Union Européenne dans les solutions de Cloud en Europe du Nord et de nouveaux contrats SAP Hana en Europe Centrale. La marge opérationnelle a atteint 116 millions d’euros, soit 9,5% du chiffre d’affaires, en amélioration de +100 points de base, portée par la croissance du Secteur, un meilleur mix d’activité et de fortes initiatives de réduction des coûts.

Télécommunications, Médias & Technologies a réalisé un chiffre d’affaires de 836 millions d’euros, en baisse de -5,6 % en organique. Le Secteur a été impacté par le report de projets applicatifs et quelques contrats en décroissance dans la plupart des géographies, ainsi que par les activités historiques de Unified Communication & Collaboration, plus particulièrement en Europe Centrale. À l’inverse, une solide performance a été enregistrée en Amérique du Nord grâce aux offres de Digital Workplace, à la montée en charge d’un contrat signé au premier trimestre avec une grande société d’ingénierie, aux nouvelles activités et à l’extension de contrats avec de grandes entreprises dans le domaine des technologies et des médias, et enfin à la croissance organique de Maven Wave, société récemment acquise. La marge opérationnelle s’est établie à 84 millions d’euros, soit 10,0% du chiffre d’affaires, en hausse de +380 points de base, portée par quelques éléments non récurrents positifs et des mesures d’optimisation de coûts efficientes.


Le chiffre d’affaires de Ressources & Services a atteint 804 millions d’euros, en baisse organique de -2,8%. L’activité a été solide dans le secteur Energie & Services Publics, mais plus difficile dans les secteurs de la distribution et du transport qui sont davantage exposés à la pandémie. Les activités de projet ont été impactées par une diminution des dépenses discrétionnaires, principalement en Amérique du Nord et en Europe du Sud. Les activités historiques de Unified Communication & Collaboration sont restées en décroissance, en particulier en Europe Centrale. À l’inverse, l’activité a été plus forte en Big Data & Cybersecurity (BDS) avec de nouveaux projets dans le secteur Energie & Services Publics en Europe du Sud, sur Marchés de Croissance et en Europe Centrale. La marge opérationnelle a atteint 43 millions d’euros, représentant 5,3% du chiffre d’affaires, en baisse de -350 points de base, en raison de la baisse du chiffre d’affaires que les actions sur les coûts n’ont que partiellement compensée, et une marge moins élevée dans la phase de démarrage de nouveaux contrats.

Le chiffre d’affaires en Santé & Sciences de la Vie s’est élevé à 657 millions d’euros avec une baisse limitée à -1,2%. Le Secteur a enregistré une croissance organique de +2,6% au deuxième trimestre. Des projets applicatifs ont été reportés, en particulier pour les hôpitaux en Amérique du Nord, tandis que l’Europe du Sud a réalisé une forte activité dans les projets numériques. Les segments d’activité basés sur des contrats pluriannuels ont été résilients et ont permis au chiffre d’affaires de rester relativement stable sur le semestre avec une accélération au cours du deuxième trimestre. La marge opérationnelle s’est élevée à 68 millions d’euros, représentant 10,3% du chiffre d’affaires, globalement stable par rapport à l’année dernière.

Performance du premier semestre 2020 par Entités Opérationnelles Régionales

  Chiffre d'affaires Marge opérationnelle Marge opérationnelle %
En millions d'euros S1 2020 S1 2019* % organique S1 2020 S1 2019* S1 2020 S1 2019*
Amérique du Nord 1 355  1 423 -4,8%   208  193 15,3% 13,5%
Europe du Nord 1 360  1 368 -0,6%    101  134 7,4% 9,8%
Europe Centrale 1 370  1 372 -0,1%   42  86 3,1% 6,3%
Europe du Sud 1 143  1 229 -7,0%   86  85 7,5% 6,9%
Marchés de Croissance   399  399 -0,0%   54  65 13,4% 16,4%
Coûts des structures globales   -    -    -  -40 -38 -0,7% -0,7%
Total 5 627 5 792 -2,8% 450 525 8,0% 9,1%
* A périmètre et taux de change constants              

Le premier semestre 2020 et plus particulièrement le deuxième trimestre ont été impactés par les mesures de confinement et les restrictions, ce qui s’est traduit pas des reports de projets applicatifs et a affecté la fertilisation sur les contrats existants, alors que les métiers comme le Digital Workplace, la transformation vers le Cloud, le Big Data et la Sécurité Numérique ont continué de croître ou ont été très résilients. Le chiffre d’affaires le plus impacté a été celui de l’Europe du Sud, où les mesures gouvernementales ont aussi été les plus strictes. En Amérique du Nord, alors que la pandémie de Covid-19 a frappé plus tard qu’en Europe, les clients ont pris des mesures drastiques de réduction plus tôt.

  • En Amérique du Nord, le chiffre d’affaires a atteint 1 355 millions d’euros, représentant une baisse organique de -4,8%, principalement en raison de plusieurs reports de projets et des réductions de volume dans plusieurs Secteurs. Cette géographie a connu une croissance en Télécommunications, Médias & Technologies ainsi qu’en Secteur Public & Défense, grâce à la montée en charge du contrat NG911 en Californie. À l’inverse, le Secteur Industries a dû faire face à l’effet conjugué de ventes non récurrentes de produits l’an dernier et d’une diminution des volumes avec Siemens ;
  • En Europe du Nord, le chiffre d’affaires est resté stable à 1 360 millions d’euros. L’activité a été portée par Secteur Public & Défense, principalement grâce à la poursuite du nouveau contrat avec le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (ECMWF) et aux services délivrés aux institutions de l’Union Européenne. La situation a été plus difficile en Télécommunications, Médias & Technologies, impacté par le report de projets applicatifs et par la réduction de certains contrats, ainsi que dans le Secteur Industries en raison de contrats ayant pris fin en 2019 ;


  • En Europe Centrale, le chiffre d’affaires est resté stable à 1 370 millions d’euros, porté par les ventes de plateformes de Big Data dans le Secteur Public & Défense, ainsi que par un nouveau contrat en Digital Workplace pour une entreprise mondiale en Santé & Sciences de la Vie. Cette géographie a été impactée par le report des projets applicatifs notamment en Industries (Aéronautique et Automobile) et en Télécommunications, Médias & Technologies, ainsi que par les activités historiques en Unified Communication & Collaboration. A l’inverse, la géographie a réalisé de nouvelles ventes avec un grande société industrielle allemande, de nouveaux projets SAP Hana avec Siemens, et des volumes croissants avec BASF et Rheinmetall ;
  • En Europe du Sud, le chiffre d’affaires a atteint 1 143 millions d’euros, en baisse de -7,0% en organique. La géographie a été impactée par le report de projets applicatifs notamment en Ressources & Services et Télécommunications, Média & Technologies, ainsi que les ventes non récurrentes en High Performance Computing réalisées l’année dernière tant dans le Secteur Public & Défense qu’en Industries ;
  • Marchés de Croissance est resté stable avec un chiffre d’affaires de 399 millions d’euros. L’Asie-Pacifique, le Moyen-Orient et l’Afrique ont été relativement stables, tandis que l’activité en Amérique du Sud a crû plus particulièrement en Ressources & Services et que le chiffre d’affaires de Major Events a été impacté par le report des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 à l’an prochain.

La marge opérationnelle a atteint 8,0% du chiffre d’affaires, soit 450 millions d’euros, en baisse de -110 points de base par rapport à l’année dernière. Les mesures fortes mises en œuvre sur les coûts à la fin du premier trimestre ont en partie atténué l’effet provenant de la baisse de revenus dans la plupart des géographies. La situation a été plus difficile en Europe Centrale, et plus particulièrement en Allemagne en raison du manque de flexibilité des coûts de personnel et d’éléments négatifs non récurrents sur des contrats en difficulté.

Activité commerciale

Au cours du premier semestre de l’année 2020, le niveau de prise de commandes du groupe a été de 6 280 millions d’euros, représentant un ratio prise de commandes sur chiffre d’affaires de 112%, dont 121% au second trimestre.

Le ratio prise de commandes sur chiffre d’affaires s’est avéré particulièrement élevé en Secteur Public & Défense avec 148%, en Télécommunications, Médias & Technologies avec 127% et en Services Financiers & Assurances avec 120%.

Les principales signatures du deuxième trimestre comprenaient notamment un important contrat d’externalisation en Services Financiers & Assurances en Europe du Nord, un contrat de Gestion de Serveurs et de Cloud avec un opérateur de réseau belge en Ressources & Services, un contrat de modernisation d'applications avec un groupe de prêts étudiants et un nouveau contrat avec une union douanière et fiscale dans le Secteur Public & Défense, ainsi qu’un important contrat avec un grand fabricant allemand (Industries).

Les renouvellements de contrats au deuxième trimestre ont été marqués par d’importantes signatures avec notamment la Commission européenne (Secteur Public & Défense) en Europe du Nord, une grande société américaine de services financiers (Services Financiers & Assurances) et le Département des Ressources en Information du Texas (Secteur Public & Défense) en Amérique du Nord, un grand fournisseur français d'électricité et de gaz (Ressources & Services) en Europe du Sud, ainsi qu’une institution bancaire allemande (Services Financiers & Assurances) en Europe centrale.

En ligne avec une activité commerciale dynamique, le carnet de commandes à fin juin 2020 s’est élevé à 22,5 milliards d’euros par rapport à 21,9 milliards d’euros à fin décembre 2019, et représentait 1,9 années de chiffre d’affaires. Le montant total pondéré des propositions commerciales était de 8,6 milliards d’euros, comparé à 7,4 milliards d’euros fin décembre 2019 et représentait 8,8 mois de chiffres d’affaires.

Résultat d’exploitation et résultat net

Le résultat d’exploitation pour le premier semestre 2020 a atteint 362 millions d’euros, compte tenu des éléments suivants :

Les coûts de réorganisation des effectifs se sont élevés à -80 millions d’euros compte tenu de l’accélération des mesures d’adaptation des effectifs dans plusieurs pays, en particulier en Allemagne. Les coûts de rationalisation ont été de -22 millions d’euros et font suite à des fermetures de sites et à la consolidation de centres de données, principalement en Amérique du Nord et en France. Les coûts d’intégration et d’acquisition ont représenté -20 millions d’euros principalement liés à Syntel pour générer les synergies, et à la migration et à la standardisation des plateformes informatiques internes issues des précédentes acquisitions.

L’amortissement de l’allocation du prix d’acquisition est resté stable à -78 millions d’euros au premier 2020. Le montant d’amortissement des plans de rémunération en actions est resté stable à hauteur de -35 millions d’euros au premier semestre 2020. Au premier semestre 2020, les autres éléments s’élèvent à +147 millions d’euros, contre -24 millions d’euros au premier semestre 2019. Le montant pour le premier semestre 2020 comprenait la plus-value nette avant impôt pour 120 millions d’euros correspondant à la cession des actions Worldline réalisée en février 2020. En outre, la participation restante de 3,8% dans Worldline n’est plus comptabilisée en mise en équivalence et a donc été évaluée à la juste valeur à la date de cession, entraînant un résultat positif de 54 millions d’euros.

Le résultat financier s’est élevé à -1 million d’euros pour la période, contre -79 millions d’euros pour le premier semestre 2019. La différence provient de l’évolution du coût de la dette de -36 millions d’euros à -21 millions d’euros consécutive à l’allocation des produits des cessions des actions Worldline aux remboursements successifs de la dette financière au second semestre 2019 et au premier semestre 2020, et de la variation nette de +41 millions d’euros liée à la partie des obligations optionnelles échangeables traitée comme un dérivé d’un point de vue comptable et aux actions sous-jacentes Worldline.

La charge d'impôts pour le premier semestre 2020 s’est élevée à -34 millions d’euros, représentant un taux effectif d’impôt annualisé de 18.5% (hors effet fiscal de la transaction Worldline).

La participation résiduelle de 3,8% dans Worldline n’étant plus comptabilisée en mise en équivalence, la quote-part de résultat des sociétés mises en équivalence n’est pas significative et s’élève à 3 millions d’euros au premier semestre 2020. Les participations ne donnant pas le contrôle se sont élevées à -1 million d’euros.

En conséquence, le Groupe a enregistré un résultat net de 329 millions d’euros pour le premier semestre 2020, représentant 5,8% du chiffre d’affaires du Groupe, contre 180 millions d’euros au premier semestre 2019 pour les activités poursuivies. Le Bénéfice par Action a atteint 3,02 euros tout comme le Bénéfice par Action Dilué, contre 1,68 euros au premier semestre 2019 (pour les activités poursuivies).

Le résultat net normalisé s’est élevé à 319 millions d’euros représentant 5,7% du chiffre d’affaires du Groupe sur la période contre 343 millions d’euros pour les activités poursuivies au premier semestre 2019. Le Bénéfice Normalisé par Action a atteint 2,93 euros tout comme le Bénéfice Normalisé par Action Dilué, par rapport à 3,21 euros pour les deux indicateurs (pour les activités poursuivies) au premier semestre 2019.

Flux de trésorerie disponible

Le flux de trésorerie disponible au premier semestre 2020 s’est élevé à -172 millions d’euros par rapport à +23 millions d’euros au cours du premier semestre 2019. La variation résulte principalement d’une diminution d’environ -60 millions de l’Excédent Brut Opérationnel (EBO) et de plusieurs effets négatifs sur le besoin en fonds de roulement qui seront récupérés en grande partie au second semestre.

L’Excédent Brut Opérationnel (EBO) a atteint 774 millions d’euros représentant 13,8% du chiffre d'affaires, par rapport à 14,5% pour le premier semestre 2019, reflétant la baisse de la marge opérationnelle en partie compensée par une amélioration de la qualité de la marge opérationnelle.

Les investissements se sont élevés à -186 millions d’euros, représentant 3,3% du chiffre d’affaires, en hausse de 30 points de base comparés à la même période de l’année dernière. Pour l’année entière, les investissements seront en ligne avec 2019, en deçà de 3% du chiffre d’affaires.

La variation du besoin en fonds de roulement s’est élevée à -407 millions d’euros comparé à -269 millions d’euros au premier semestre 2019 en raison d’une réduction de la variation des cessions de créances sur le semestre pour environ -65 millions, des décalages temporaires de paiements aux fournisseurs qui ont dû être payés au premier semestre pour environ -50 millions d’euros, ainsi que l’augmentation des projets en cours sur d’importantes ventes de High Performance Computing pour environ -25 millions. Tous ces effets négatifs temporaires seront rattrapés d’ici la fin de l’année. Au 30 juin 2020, 795 millions d’euros de créances clients ont été cédées, contre 873 millions d’euros au 31 décembre 2019.

Les impôts versés ont représenté -55 millions d’euros, le coût de la dette a été de -21 millions d’euros en baisse de 15 millions en raison du remboursement en novembre 2019 d’un prêt à terme de 1 900 millions de dollars, qui était lié au financement de l’acquisition de Syntel, et du remboursement anticipé d’un emprunt obligataire pour 600 millions d’euros en avril 2020.

Les décaissements relatifs aux réorganisations d’effectifs, rationalisations et intégrations se sont élevés au premier semestre 2020 à -97 millions d’euros. Une plus grande partie des coûts de réorganisation a été réalisée au premier semestre afin de maximiser l’impact sur la marge opérationnelle pour l’ensemble de l’exercice.


Enfin, les autres éléments ont totalisé -7 millions d’euros au premier semestre 2020 en amélioration de 19 millions d’euros par rapport au premier semestre 2019 compte tenu de moindres impacts d’éléments non récurrents.

Evolution de la Trésorerie nette

Le montant net des acquisitions/cessions au premier semestre 2020 a représenté 1 239 millions d’euros, principalement liées à la cession des actions Worldline intervenue en février 2020 et à l’acquisition de Maven Wave.

Au cours du premier semestre 2020, les rachats d’actions ont atteint -45 millions d’euros contre -76 millions d’euros au premier semestre 2019 liés à la livraison d’actions au titre de plans d’intéressement à long-terme, pour éviter tout effet dilutif pour les actionnaires.

Au premier semestre 2020, aucun dividende n’a été versé par Atos SE, en raison des circonstances exceptionnelles liées au Covid-19.

L’effet de change sur les dettes et les actifs de trésorerie détenus en monnaies étrangères a représenté une augmentation de la dette nette de 62 millions d’euros principalement en raison de l’évolution du dollar américain, de la roupie indienne et du réal brésilien.

En conséquence, la dette nette du Groupe au 30 juin 2020 s’est établie à 779 millions d’euros, contre 1 736 millions d’euros au 31 décembre 2019. Pour rappel, en supposant la conversion intégrale des obligations optionnelles échangeables, la dette nette serait de 279 millions d’euros.

Ressources Humaines

L’effectif total du Groupe était de 106 980 salariés fin juin 2020, contre 108 317 fin décembre 2019. Le Groupe a accueilli 374 nouveaux collaborateurs à l’occasion des acquisitions de Maven Wave et de Miner & Kasch.

En excluant cet effet de périmètre, l’effectif du Groupe a diminué de -1,6%, compte tenu de la situation liée au Covid-19 et pour accompagner et anticiper l’automatisation et la robotisation. Au premier semestre 2020, le Groupe a engagé 7 176 collaborateurs, contre 9 165 au premier semestre 2019. Les recrutements ont principalement été réalisés dans les pays offshore/nearshore tels que l’Inde et la Pologne. Le taux d’attrition s’est établi à 11,8% au niveau du Groupe (15,1 % au premier semestre 2019) avec une forte chute au deuxième trimestre, dont 16,7% dans les pays offshore/nearshore.

Objectifs 2020

Le Groupe confirme tous ses objectifs pour 2020, qui restent basés sur le scenario macroéconomique d’une reprise progressive au deuxième semestre 2020 et en 2021, ainsi que sur les échanges quotidiens de la Direction avec les clients du groupe :

  • Evolution organique du chiffre d’affaires : entre -2% et -4% ;
  • Taux de marge opérationnelle : de 9 % à 9,5 % du chiffre d’affaires ;
  • Flux de trésorerie disponible : 0,5 milliard d’euros à 0,6 milliard d’euros.

Cibles à moyen terme

Le 24 juin 2020, à l’occasion de sa Journée Analystes 2020, le Groupe a présenté son ambition à moyen terme de devenir « le leader du Numérique Sécurisé et Décarboné », ainsi que ses cibles à moyen terme :

  • Croissance du chiffre d’affaires à taux de change constant : +5 % à +7 % ;
  • Taux de marge opérationnelle : 11 à 12 % du chiffre d’affaires ;
  • Flux de trésorerie disponible : un taux de conversion de la marge opérationnelle en flux de trésorerie disponible supérieur à 60 %.


Deux mouvements stratégiques annoncés aujourd’hui dans le domaine de la Cybersécurité et de la Décarbonation

Conformément à son ambition à moyen terme notamment dans la Décarbonation et la Cybersécurité, Atos a annoncé aujourd’hui :

  • la signature d’un accord pour acquérir EcoAct, une société de conseil en stratégie de Décarbonation reconnue au plan international. Basée en France, la société comprend près de 150 experts en climat dans le monde. La clôture de la transaction devrait avoir lieu au second semestre et est soumise à l'approbation finale des organes de gouvernance d'Atos et d'EcoAct ;
  • l’entrée en négociation exclusive pour l’acquisition de digital.security, un acteur indépendant de premier plan en Cybersécurité en France avec 250 consultants en Cybersécurité et avec des compétences spécifiques en IoT. La finalisation de la transaction est prévue avant la fin de l’année et est soumise à la consultation des instances représentatives du personnel des deux parties.

Pour plus de détails, deux communiqués de presse séparés sont émis aujourd’hui à ce titre.


Annexes

Réconciliation du chiffre d’affaires et de la marge opérationnelle à taux de change et périmètre constants

En millions d'euros S1 2020 S1 2019 variation %
Chiffre d'affaires statutaire 5 627 5 744 -2,0%
Effet de change   14  
Chiffre d'affaires à taux de change constants 5 627 5 758 -2,3%
Effet des changements de périmètre   32  
Effet de change sur les périmètres acquis ou cédés   2  
Chiffre d'affaires à périmètre et taux de change constants 5 627   5 792  -2,8%
Marge opérationnelle statutaire 450 529 -15,1%
Effet des changements de périmètre   -6  
Effet de change   1  
Marge opérationnelle à taux de change et périmètre constants 450 525 -14,4%
en % du chiffre d'affaires 8,0% 9,1%  

Les effets de périmètre s’élevaient à +32 millions d’euros sur le chiffre d’affaires et de -6 millions d’euros sur la marge opérationnelle. Ils sont principalement liés à :

  • l’acquisition de Maven Wave, consolidée au 1er février 2020 (5 mois pour +44 millions d’euros de chiffre d’affaires et +2 millions d’euros sur la marge opérationnelle) ;
  • les autres acquisitions (Miner & Kasch, Idnomic, X-PERION) pour un montant total de +13 millions d’euros sur le chiffre d’affaires et un impact neutre sur la marge opérationnelle ;
  • la vente de certaines activités spécifiques de Unified Communication & Collaboration principalement au premier semestre 2020, ainsi que les anciennes activités ITO au Royaume-Uni au début du second semestre 2019 et la vente et le décommissionnement d’activités non-stratégiques chez CVC, pour un montant total de -25 millions d’euros pour le chiffre d’affaires et -7 millions d’euros pour la marge opérationnelle.

L’effet de change a contribué positivement au chiffre d’affaires de +15 millions d’euros et à la marge opérationnelle de +1 million d’euros provenant principalement de l’appréciation du dollar américain par rapport à l’euro qui a plus que compensé la dépréciation du peso argentin et du réal brésilien par rapport à l’euro au cours de la période.

Chiffre d’affaires du premier semestre 2020 par Division

       
  Chiffre d'affaires
En millions d'euros S1 2020 S1 2019* % organique
Infrastructure & Data Management    3 101  3 179 -2,4%
Business & Platform Solutions   1 963  2 128 -7,7%
Big Data & Cybersecurity   563  485 +16,0%
Total 5 627 5 792 -2,8%
* A périmètre et taux de change constants      


Chiffre d’affaires du deuxième trimestre 2020 par Secteur

   
En millions d'euros T2 2020 T2 2019* % organique
Industries   499  588 -15,2%
Services Financiers & Assurance   550  584 -5,9%
Secteur Public & Défense    632  580 +9,0%
Télécommunications, Médias & Technologies    393  446 -11,9%
Ressources & Services   386  411 -6,1%
Santé & Sciences de la Vie   334  326 +2,6%
Total 2 794 2 935 -4,8%
* A périmètre et taux de change constants      

Chiffre d’affaires du deuxième trimestre 2020 par Entités Opérationnelles Régionales

En millions d'euros T2 2020 T2 2019* % organique
Amérique du Nord   674  724 -6,9%
Europe du Nord   662  672 -1,5%
Europe Centrale   704  712 -1,2%
Europe du Sud    549  620 -11,4%
Marchés de Croissance   205  207 -1,0%
Total 2 794 2 935 -4,8%
* A périmètre et taux de change constants      

Conférence téléphonique

Aujourd’hui lundi 27 juillet 2020, le Groupe organise une conférence téléphonique en anglais à 8h00 (CET, Paris) présidée par Elie Girard, Directeur Général, afin de commenter les résultats du premier semestre 2020 et répondre aux questions de la communauté financière.

La conférence téléphonique sera accessible par webcast :

  • sur atos.net, rubrique Investisseurs
  • sur mobile ou tablettes en scannant le code :
  • par téléphone en se connectant 5 à10 minutes avant le début de la conférence :
  • France              +33 1 70 70 07 81       code 4691846
  • Allemagne        +49 69 2222 2625       code 4691846
  • Royaume-Uni   +44 844 481 9752       code 4691846
  • Etats-Unis        +1 646 741 3167         code 4691846
  • Autres Pays      +44 2071 928338        code 4691846

Après la conférence, un enregistrement sera disponible sur notre site atos.net, dans la section Investisseur.

Prochains événements

22 octobre 2020           Chiffre d’affaires du troisième trimestre 2020

Contacts

Relations Investisseurs :      Gilles Arditti                  +33 1 73 26 00 66
                                                                        gilles.arditti@atos.net

Médias:                                    Sylvie Raybaud             +33 6 95 91 96 71
                                                                        sylvie.raybaud@atos.net


A propos d’Atos

Atos est un leader international de la transformation digitale avec 110 000 collaborateurs dans 73 pays et un chiffre d’affaires annuel de 12 milliards d’euros. Numéro un européen du Cloud, de la cybersécurité et des supercalculateurs, le Groupe fournit des solutions intégrées de Cloud Hybride Orchestré, Big Data, Applications Métiers et Environnement de Travail Connecté. Partenaire informatique mondial des Jeux Olympiques et Paralympiques, le Groupe exerce ses activités sous les marques Atos, Atos|Syntel, et Unify. Atos est une SE (Société Européenne) cotée sur Euronext Paris et fait partie de l’indice CAC 40.

La raison d’être d’Atos est de contribuer à façonner l’espace informationnel. Avec ses compétences et ses services, le Groupe supporte le développement de la connaissance, de l’éducation et de la recherche dans une approche pluriculturelle et contribue au développement de l’excellence scientifique et technologique. Partout dans le monde, Atos permet à ses clients et à ses collaborateurs, et plus généralement au plus grand nombre, de vivre, travailler et progresser durablement et en toute confiance dans l’espace informationnel.

Avertissements

Le présent document contient des informations de nature prévisionnelle auxquelles sont associés des risques et des incertitudes, y compris les informations inclues ou incorporées par référence, concernant la croissance et la rentabilité du Groupe dans le futur qui peuvent impliquer que les résultats attendus diffèrent significativement de ceux indiqués dans les informations de nature prévisionnelle. Ces risques et incertitudes sont liés à des facteurs que la Société ne peut ni contrôler, ni estimer de façon précise, tels que les conditions de marché futures ou le comportement d’autres acteurs sur le marché. Les informations de nature prévisionnelle contenues dans ce document constituent des anticipations sur une situation future et doivent être considérés comme tels. Ces déclarations peuvent se référer aux plans, objectifs et stratégies d’Atos, de même qu’à des événements futurs, des revenus à venir ou encore des synergies ou des résultats qui ne constituent pas des informations factuelles à caractère historique. La suite des évènements ou les résultats réels peuvent différer de ceux qui sont décrits dans le présent document du fait d’un certain nombre de risques et incertitudes qui figurent dans le Document d’Enregistrement Universel 2019 déposé auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) le 3 mars 2020 sous le numéro d’enregistrement D.20-0096. Atos ne prend aucun engagement et n’assume aucune responsabilité s’agissant de la mise à jour de l’information contenue dans le présent document au-delà de ce qui est prescrit par la réglementation en vigueur. Ce communiqué ne constitue ni ne contient une offre de vente des actions Atos ou une quelconque sollicitation d’achat ou de souscription d’actions Atos en France, aux Etats-Unis d’Amérique ou dans aucun autre pays.

La croissance organique du chiffre d’affaires est présentée à périmètre et taux de change constants.

Les Secteurs sont Industries (aérospatiale, automobile, produits chimiques, produits de consommation emballés (aliments & boissons), l’industrie manufacturière, les industries de transformation, les services et Siemens), Services Financiers & Assurances (assurances, services bancaires & financiers et services de transformation des activités), Secteur Public & Défense (défense, éducation, organisations extraterritoriales, administration publique, services communautaires publics et Major Events), Télécommunications, Médias & Technologies (haute technologie & ingénierie, médias et télécommunications), Ressources & Services (énergie, commerce de détail, transport & hôtellerie et services publics) et Santé & Sciences de la Vie (santé et industrie pharmaceutique).

Les Entités Opérationnelles Régionales sont composées de l’Amérique du Nord (États-Unis, Canada et Mexique), l’Europe du Nord (Royaume-Uni et Irlande, Belgique, Danemark, Estonie, Finlande, Lituanie, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Russie et Suède), l’Europe du Sud (France, Espagne, Portugal et Italie), l’Europe Centrale (Allemagne, Autriche, Bulgarie, Croatie, République tchèque, Grèce, Hongrie, Israël, Roumanie, Serbie, Slovaquie et Suisse) et des Marchés de Croissance, y compris l’Asie-Pacifique (Australie, Chine, Hong Kong, Inde, Indonésie, Japon, Malaisie, Nouvelle-Zélande, Philippines, Singapour, Taïwan et Thaïlande), l’Amérique du Sud (Argentine, Brésil, Colombie et Uruguay), le Moyen-Orient et l’Afrique (Algérie, Bénin, Burkina Faso, Égypte, Gabon, Côte d’Ivoire, Royaume d’Arabie saoudite, Liban, Madagascar, Mali, Maurice, Maroc, Qatar, Sénégal, Afrique du Sud, Tunisie, Turquie et EAU), Major Events, Global Cloud Hub, et Global Delivery Centers.

Pièce jointe