Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 966,68
    +55,08 (+0,70 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 872,57
    +17,21 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 131,53
    +62,42 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,0823
    -0,0005 (-0,04 %)
     
  • Gold future

    2 045,80
    +15,10 (+0,74 %)
     
  • Bitcoin EUR

    47 130,45
    +48,30 (+0,10 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,57
    -2,04 (-2,60 %)
     
  • DAX

    17 419,33
    +48,88 (+0,28 %)
     
  • FTSE 100

    7 706,28
    +21,79 (+0,28 %)
     
  • Nasdaq

    15 996,82
    -44,80 (-0,28 %)
     
  • S&P 500

    5 088,80
    +1,77 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    39 098,68
    +836,48 (+2,19 %)
     
  • HANG SENG

    16 725,86
    -17,09 (-0,10 %)
     
  • GBP/USD

    1,2673
    +0,0015 (+0,12 %)
     

Rémy Cointreau plombé par la chute des ventes de cognac, les coûts seront sabrés

UNSPLASH

Les chiffres ne sont pas bons pour Rémy Cointreau. Le groupe de spiritueux français a vu son chiffre d'affaires dégringoler de 27% au troisième trimestre de son exercice décalé, fragilisé par le fort recul des ventes de Cognac en Chine et aux Etats-Unis, selon un communiqué diffusé vendredi 26 janvier. D'octobre à décembre, Rémy Cointreau a écoulé pour 319,9 millions d'euros de bouteilles. Pour le cognac, qui représente près de deux tiers de son chiffre d'affaires, les ventes ont dégringolé de 37%. Le groupe met ce repli sur le compte de «la forte intensité promotionnelle» et de «la poursuite du déstockage» aux Etats-Unis.

Les ventes aux grossistes se sont améliorées par rapport au deuxième trimestre de son exercice mais «restent encore en-deçà des attentes», souligne le groupe. Parallèlement en Chine, Rémy Cointreau «a réalisé une réduction importante du niveau de ses stocks (de cognac) en amont de la préparation du nouvel an chinois». Les ventes des autres alcools commercialisés par l'entreprise (la liqueur Cointreau, le spiritueux grec Metaxa, le rhum Mount Gay, le brandy français St-Rémy, ou le gin The Botanist) ont à peine augmenté, de 0,4%. Elles sont portées par «une forte croissance des ventes aux Etats-Unis, notamment celles du gin The Botanist et de la liqueur Cointreau», souligne l'entreprise.

Les ventes de cognac comme de spiritueux ont pâti dans la région Europe/Moyen-Orient/Afrique d'un essoufflement de la demande lié «au contexte inflationniste», note par ailleurs (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

LVMH : le bond spectaculaire de la fortune de Bernard Arnault
Atos : les enjeux politiques d'une chute qui menace 100 000 salariés
Houthis : les attaques ont divisé par 2 le trafic par Suez, l’ONU tire la sonnette d’alarme
Le pétrole en forme, dopé par le PIB des Etats-Unis et la relance en Chine
CAC 40 : la Bourse de Paris confiante après LVMH, l'inflation américaine dans le viseur