Publicité
Marchés français ouverture 3 h 35 min
  • Dow Jones

    39 671,04
    -201,95 (-0,51 %)
     
  • Nasdaq

    16 801,54
    -31,08 (-0,18 %)
     
  • Nikkei 225

    38 913,48
    +296,38 (+0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0832
    +0,0005 (+0,04 %)
     
  • HANG SENG

    18 931,43
    -264,17 (-1,38 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 078,33
    -489,54 (-0,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 511,62
    -14,79 (-0,97 %)
     
  • S&P 500

    5 307,01
    -14,40 (-0,27 %)
     

Réforme des retraites : les régimes spéciaux toujours bien au chaud

Les régimes des fonctionnaires sont de très loin les principaux régimes spéciaux, par l’importance de leur taille mais, également, par le modèle qu’ils offrent à la plupart des autres régimes spéciaux du secteur public qui n’en sont qu’une reproduction à l’échelle réduite.  - Credit:Lewis Joly/AP/SIPA / SIPA / Lewis Joly/AP/SIPA
Les régimes des fonctionnaires sont de très loin les principaux régimes spéciaux, par l’importance de leur taille mais, également, par le modèle qu’ils offrent à la plupart des autres régimes spéciaux du secteur public qui n’en sont qu’une reproduction à l’échelle réduite. - Credit:Lewis Joly/AP/SIPA / SIPA / Lewis Joly/AP/SIPA

À quelques jours près, la loi de réforme des retraites aurait pu être adoptée le 1er avril… Dommage, car la farce inscrite au cœur de son article premier aurait mérité d'être au diapason du calendrier : « Conformément à l'engagement présidentiel, précise l'exposé des motifs, cet article prévoit la suppression des principaux régimes spéciaux de retraite. » Mais, rapidement, il est précisé que cette « suppression » ne doit concerner, en réalité, que les régimes des industries électriques et gazières (IEG) et de la RATP et quelques microrégimes, comme celui de la Banque de France ou du Conseil économique, social et environnemental (Cese). Pas un mot, rien, sur les régimes des fonctionnaires, qui sont pourtant de très loin les principaux régimes spéciaux, par l'importance de leur taille mais, également, par le modèle qu'ils offrent à la plupart des autres régimes spéciaux du secteur public qui n'en sont qu'une reproduction à l'échelle réduite. En définitive, les régimes censés être supprimés ne comptent dans leurs rangs que 7 % des affiliés de l'ensemble des régimes spéciaux. Pour ceux qui espéraient que la réforme soit fondée sur l'équité, comme cela avait été pourtant solennellement annoncé, il faudra donc repasser…

Clause du grand-père

D'autant plus que la plaisanterie ne s'arrête pas là, au contraire. Par « suppression » des régimes spéciaux, il faut comprendre « fermeture »… Cette subtilité sémantique signifie que la réforme ne s'appliquera pas aux affiliés [...] Lire la suite