La bourse est fermée

Quels sont ces "légumes interdits" vendus par Carrefour ?

Capture écran / Twitter Carrefour France

L’enseigne de distribution veut défendre la biodiversité et vend des légumes dont les graines sont interdites de commercialisation depuis une loi du 18 mai 1981.

L’artichaut Glas-Ruz, le potimarron Angélique ou encore le Haricot Coco du Trégor. Ces légumes peu voire pas connus vont faire leur arrivée chez Carrefour. L’enseigne de distribution a décidé de vendre ces “légumes interdits”, appelés comme tels depuis une loi du 18 mai 1981. Elle interdit la commercialisation de ces semences de fruits et légumes de variétés paysannes.


Pour justifier le retour de ces légumes, Carrefour explique vouloir favoriser favoriser la biodiversité. “Ces semences ne figurent pas sur le catalogue officiel qui autorise leur vente car elles ne correspondent pas aux critères d’homogénéité d’une loi qui favorise la standardisation et ne défend pas assez la biodiversité”, explique l’enseigne dans un communiqué, précisant que “la loi interdit la commercialisation de plus de 96,4% des semences”.

90% des variétés cultivables ont disparu en France au cours du XXe siècle

Si cette homologation apporte une sécurité pour les consommateurs, elle est coûteuse et dans les faits seuls les industriels peuvent se le permettre. Car inscrire une semence dans ce catalogue coûte cher. 90% des variétés cultivables ont disparu en France au cours du XXe siècle.

“L’agriculture intensive et la consommation de masse ont fait la part belle aux variétés qui assurent un meilleur rendement, qui sont plus résistantes aux transports et dépendantes des pesticides. Ainsi des fruits et légumes toujours plus standardisés ont pris le pas sur toutes les autres variétés”, justifie Carrefour.

La liste des “légumes interdits”

Dès le 20 septembre, Carrefour propose ainsi dix de ces “légumes interdits” dans une quarantaine de magasins, en IIe-de-France et en Bretagne. Il s’agit de l’artichaut Camus du Léon, du potimarron Angélique, de la courge butternut Kouign Amann, de l’artichaut Glas-Ruz, de l’oignon rosé d’Armorique, de la rhubarbe acidulée de Bretagne, du haricot coco du Trégor et de l’échalote demi-longue de Cleder. L’enseigne de distribution a passé des accords avec des producteurs bretons.

Carrefour espère ainsi faire changer la loi et faciliter la diversité dans les rayons, et a lancé une pétition en ligne. L’enjeu commercial est évidemment présent, Carrefour espérant ainsi séduire les clients adeptes de produits sains et bio.