La bourse ferme dans 2 h 11 min
  • CAC 40

    7 069,43
    -26,56 (-0,37 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 158,72
    -15,26 (-0,37 %)
     
  • Dow Jones

    33 949,41
    +205,57 (+0,61 %)
     
  • EUR/USD

    1,0855
    -0,0037 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 927,40
    -2,60 (-0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    21 109,88
    -394,69 (-1,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    519,02
    -8,16 (-1,55 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,23
    +1,22 (+1,51 %)
     
  • DAX

    15 095,54
    -37,31 (-0,25 %)
     
  • FTSE 100

    7 757,29
    -3,82 (-0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 512,41
    +199,06 (+1,76 %)
     
  • S&P 500

    4 060,43
    +44,21 (+1,10 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2354
    -0,0053 (-0,42 %)
     

Quand un journal communiste entre en Bourse



Quel est le plus grand pays communiste ? La Chine ! Et le plus grand pays capitaliste ? La Chine aussi, du moins par le nombre d'habitants et le niveau de ses exportations. Une actualité récente vient illustrer cet apparent paradoxe.

Le Quotidien du peuple est le très officiel organe de presse du Comité central du Parti communiste chinois. Chaque jour, sa "une" s'orne d'un titre reproduisant l'écriture de Mao Zedong, le Grand timonier en personne ! Cela n'empêche pas que le journal vient d'introduire à la Bourse de Shanghai son portail internet People's Daily Online (people.cn). Il a d'ailleurs fait preuve d'un appétit plus important qu'attendu. En plaçant 69,1 millions d'actions de sa filiale à un prix de 20 yuans l'unité, il a levé la coquette somme de 1,4 milliard de yuans, soit environ 220 millions de dollars, ce qui est presque trois fois plus élevé que l'ambition initiale.

Du média communiste au média social
Les fonds collectés par le site seront utilisés pour réaliser des acquisitions et des investissements en technologie, mais aussi pour renforcer l'équipe éditoriale ou encore développer les services mobiles. Les dirigeants affichent un objectif on ne peut plus clair : augmenter la profitabilité de l'entreprise, qui a engrangé environ 13 millions de dollars de bénéfices en 2010. Auraient-ils lu le manuel du parfait petit capitaliste ?

Avec 19 millions de visiteurs uniques par mois, People's Daily Online a certes de quoi faire pâlir bien des sites internet occidentaux, mais il est bel et bien à la traîne par rapport à des concurrents privés nés à la fin des années 1990 et parfois cotés au Nasdaq, comme Sohu.com ou Sina Corp, ce dernier revendiquant la bagatelle de 247 millions de visiteurs sur son portail internet. En somme, le vieux journal communiste doit se mettre à la page des médias sociaux !

Mélange des genres
La valorisation boursière initiale de People's Daily Online frôle les 900 millions de dollars, soit un niveau comparable à celle du groupe New York Times, coté à Wall Street. Cela suppose des perspectives de croissance fortes, dont doutent déjà certains analystes. Mais ce succès devrait surtout accélérer le programme de mise en Bourse d'autres médias étatiques chinois, comme la fameuse agence Chine Nouvelle ou la chaîne CCTV.

Avant de sourire de ce mélange des genres un peu curieux entre communisme et capitaliste, il convient de se souvenir qu'en France, le quotidien l'Humanité, en grande difficulté financière, a dû ouvrir en 2001 son capital à des mécènes quelque peu dérangeants : Lagardère et TF1 ! Le communisme à la chinoise semble assumer plus franchement son pas - pour ne pas dire sa course - vers le capitalisme.

Actionnaires de tous pays, unissez-vous !
Voilà qui remet en cause une certaine vision occidentale selon laquelle le capitalisme ne pousse jamais aussi bien que sur le terreau de la démocratie. L'exemple le plus emblématique de ce lien entre liberté individuelle et liberté d'entreprendre est sans doute la proclamation de l'indépendance des Pays-Bas par rapport à l'Espagne, qui, deux siècles avant la Révolution française, donna naissance à la République des sept Pays-Bas unis, permis un essor fulgurant du commerce et aboutit même à la première bulle spéculative de l'histoire, avec la crise de la tulipe !

Aujourd'hui, l'exemple chinois tendrait plutôt à montrer que le modèle capitaliste sait faire preuve de suffisamment de souplesse pour s'adapter à tous les systèmes politiques. Le monde bipolaire qui a pris fin avec la chute du Mur de Berlin est décidément de l'histoire ancienne.

Emmanuel Schafroth

Lire aussi
Danemark : milliardaires pendant une heure
Le bilan économique du quinquennat Sarkozy
A quoi ressemblera votre banque demain ?
Quels sont les pires et les meilleurs jobs en 2012