La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 931,06
    +8,20 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 448,31
    -6,55 (-0,19 %)
     
  • Dow Jones

    30 600,39
    -175,04 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,0410
    -0,0073 (-0,70 %)
     
  • Gold future

    1 808,60
    +1,30 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    18 522,40
    +23,23 (+0,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    415,10
    -5,04 (-1,20 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,63
    +1,87 (+1,77 %)
     
  • DAX

    12 813,03
    +29,26 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 168,65
    -0,63 (-0,01 %)
     
  • Nasdaq

    10 954,73
    -74,00 (-0,67 %)
     
  • S&P 500

    3 764,09
    -21,29 (-0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    25 935,62
    -457,42 (-1,73 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • GBP/USD

    1,2047
    -0,0128 (-1,06 %)
     

Psychologue : ce qu’il faut savoir sur les séances remboursées pour tous

·1 min de lecture

Le dispositif « Mon Psy », qui vise à indemniser les consultations chez le psychologue pour les Français de tous âges, entre en vigueur à partir de ce mardi.

C’était une promesse essentielle d’Emmanuel Macron pour répondre à la vague de dépressions et de troubles psychiques liés à la crise sanitaire. En septembre dernier, le président de la République s’engageait à « mettre en place à partir de 2022 des consultations de psychologues qui ser[aient] remboursées pour tous les Français (…) sur prescription médicale ». Le dispositif dédié, baptisé « Mon Psy », est opérationnel depuis ce mardi. Il concerne les enfants de plus de trois ans et les adultes souffrant de troubles dépressifs et anxieux d’intensité « légère à modérée ».

À lire aussi >> « J'avais honte d'aller chez le psy » : pourquoi consulter nous fait si peur ?

Huit consultations maximum

Toutefois, ses modalités d’application restent controversées. Déjà parce que la réforme ne recouvre que huit consultations. Cette limitation dans le temps fait craindre qu’au-delà des séances remboursées, le patient ne puisse plus assumer le coût du praticien et se retrouve de nouveau isolé. D’autant que l’orientation vers un psychologue nécessite un avis préalable du médecin, qui risque de dissuader certains de prendre rendez-vous.

Des tarifs jugés insuffisants

Les tarifs proposés par le gouvernement ne font pas non plus l’unanimité. Depuis mi-février, quelque 1 300 volontaires se sont inscrits parmi les psychologues. Mais les 40 euros promis pour la première séance et les 30 euros pour les...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles