Marchés français ouverture 8 h 34 min
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,06 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,54 (-2,23 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,68 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1289
    +0,0077 (+0,69 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,68 (-2,67 %)
     
  • BTC-EUR

    50 720,48
    +1 880,64 (+3,85 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,81 (-6,17 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     

Prime inflation de 100 euros : pourquoi certains retraités qui gagnent moins de 2000 euros n'y ont pas droit ?

·2 min de lecture
Près de 12 millions de retraités vont bénéficier de la prime indemnité inflation de 100 euros.

Pour faire face à la flambée des prix de l'énergie et du carburant, l'exécutif va verser une prime de 100 euros aux Français qui gagnent moins de 2000 euros par mois. Pourtant, certains retraités gagnant moins de 2000 euros ne sont pas éligibles. Explications.

Afin d'aider les ménages les plus modestes à lutter contre l'augmentation des prix de l'énergie et du carburant, Jean Castex a annoncé que les personnes touchant moins de 2000 euros net par mois allaient bénéficier d'une prime exceptionnelle de 100 euros. Pas moins de 38 millions de Français sont concernés par cette aide, y compris les étudiants et les retraités, même si les conditions sont quelque peu différentes pour ces deux catégories de personnes.

Les étudiants concernés sont uniquement ceux qui ne sont pas rattachés au foyer fiscal de leurs parents, qu'ils soient boursiers ou non. Quant aux retraités, le seuil pour percevoir l'indemnité de 100 euros n'est pas fixé à 2000 euros net mais à 1943 euros net avant impôt. Le plafond est donc un peu plus bas pour les retraités parce qu'ils perçoivent des pensions de plusieurs caisses de retraite et celles-ci ne communiquent pas entre elles sur les pensions versées. Un retraité pourrait donc recevoir plusieurs fois la prime de 100 euros alors que le cumul de ses pensions dépasse les 2000 euros.

La CSG pour éviter les erreurs

Pour faire face à ce problème, l'exécutif s'est appuyé sur le fichier de la Direction générale des Finances publiques des retraités qui s'acquittent de la CSG à un taux médian (6,60%) ou à un taux réduit (3,80%), explique BFM business. Or, pour les retraités, le taux médian s'applique à ceux dont le revenu fiscal ne dépasse pas 23 147 euros annuel, soit aux alentours de 1943 euros par mois selon le ministère de l'Économie et des Finances. Ceux qui qui paient la CSG à taux plein (8,3%) ne bénéficieront dont pas de l'indemnité inflation. 

Mais un nouveau problème se pose, la CSG est calculée sur les revenus du foyer fiscal alors que l'indemnité inflation est personnelle. Certains foyers fiscaux sont donc soumis à la CSG à taux plein alors que chaque individu gagne moins que 1943 euros par mois.

Au total, 70% des retraités sont concernés par cette prime et la toucheront en février 2022. Les salariés du privé vont quant à eux en bénéficier dès le mois de décembre prochain. 

VIDÉO - Salaires, chômage, retraites : les syndicats donnent de la voix à Paris

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles