La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 515,75
    +105,17 (+1,64 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 808,86
    +68,55 (+1,83 %)
     
  • Dow Jones

    33 212,96
    +575,77 (+1,76 %)
     
  • EUR/USD

    1,0739
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 857,30
    +3,40 (+0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    26 902,46
    +23,70 (+0,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    625,79
    -3,71 (-0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    115,07
    +0,98 (+0,86 %)
     
  • DAX

    14 462,19
    +230,90 (+1,62 %)
     
  • FTSE 100

    7 585,46
    +20,54 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    12 131,13
    +390,48 (+3,33 %)
     
  • S&P 500

    4 158,24
    +100,40 (+2,47 %)
     
  • Nikkei 225

    26 781,68
    +176,84 (+0,66 %)
     
  • HANG SENG

    20 697,36
    +581,16 (+2,89 %)
     
  • GBP/USD

    1,2631
    +0,0025 (+0,20 %)
     

Prestations sociales : ces aides que les Français oublient le plus souvent de demander

·3 min de lecture
Prestations sociales : ces aides que les Français oublient le plus souvent de demander (Crédit : REUTERS/Charles Platiau)
Prestations sociales : ces aides que les Français oublient le plus souvent de demander (Crédit : REUTERS/Charles Platiau)

Pour plusieurs raisons, certaines aides sociales sont totalement ignorées par leurs potentiels bénéficiaires. Cet argent non réclamé permet à l’État d’économiser dix milliards d’euros chaque année.

Vous avez peut-être de l’argent qui dort quelque part sans le savoir. Êtes-vous bien certain de ne pas avoir droit à une aide sociale quelconque ? Selon des informations du Parisien s’appuyant sur une étude menée par le site Mes Allocs.fr, au moins dix milliards d’euros ne sont pas réclamés par les Français chaque année.

RSA, aide au logement, prime d’activité, allocation adulte handicapé… Par méconnaissance de leurs droits ou parce qu’ils ne peuvent effectuer les démarches requises, de nombreux Français font une croix sur certains aides sociales. Record en la matière : l’allocation éducation enfant handicapé (AEEH) aurait un taux de non-recours estimé à 85%. Cette aide est versée aux parents d’enfants handicapés de moins de 20 ans pour compenser leurs dépenses liées au handicap. Au total, 300 000 parents remplissent les conditions pour toucher l’allocation et, au final, seuls 20 000 en profitent. Quant à l’allocation adulte handicapé, elle n’est pas demandée six fois sur dix (61%).

De fortes disparités géographiques

Certaines aides, à l’inverse, sont beaucoup moins oubliées. Il s’agit bien souvent de prestations qui ne demandent aucune démarche particulière. C’est notamment le cas de l’allocation versée aux familles les plus modestes lors de la rentrée scolaire. Son taux de non-recours est seulement de 5%. Concernant d'autres aides, les démarches administratives parfois fastidieuses augmentent mécaniquement le taux de non-recours. Le RSA et la prime d’activité sont concernés. "Certaines aides, comme le RSA (35% de non-recours) ou la prime d’activité (53%), par exemple, sont soumis à l’actualisation trimestrielle par le bénéficiaire de ses ressources auprès de la Caf, explique Joseph Terzikhan, fondateur de Mes-Allocs.fr. Ça peut être un obstacle."

Il existe aussi de nombreuses disparités géographiques dans l’accès aux aides sociales. Les habitants des départements ruraux sont beaucoup moins enclins à remplir les dossiers. Deux-tiers des bénéficiaires des aides au logement dans le Cantal (66%) et la Creuse (67%) ne réclament jamais leur argent. Ce chiffre n’est que de 6% en Seine-Saint-Denis, le département le plus jeune de France métropolitaine. Pour Joseph Terzikhan, la fracture numérique est l’une des explications : "Certaines populations restent éloignées du numérique : elles ne se renseignent pas sur les dispositifs existants ou ne font pas les démarches."

À l’heure ou l’État, les entreprises et les organismes accélèrent le tempo sur la dématérialisation, 14 millions de Français connaîtraient des difficultés à utiliser un ordinateur et surfer sur internet. Près d’un Français sur quatre doit donc demander de l’aide pour remplir une demande d’aide sociale sur internet.

VIDÉO - Assurance chômage : le Conseil d’État devrait (définitivement) valider la réforme du calcul des allocations

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles