La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 865,90
    -50,40 (-2,63 %)
     
  • BTC-EUR

    21 609,98
    -98,05 (-0,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Pour la première fois en 10 ans, les taux négatifs ont disparu des marchés financiers

Pixabay

Les taux négatifs, c'est fini : pour la première fois en 10 ans ce mercredi 4 janvier, il n'y a pas eu de dettes à moyen et long terme échangées dans le monde sur les marchés financiers avec un rendement négatif. Tous les taux pour des emprunts à partir de deux ans sur le marché obligataire, où les investisseurs s'échangent les titres de dette déjà émis par les gouvernements ou les entreprises, étaient supérieurs à zéro mercredi à leur clôture, selon un indice créé par l'agence financière Bloomberg. Cela faisait depuis 2010 qu'il n'était pas revenu à zéro, même s'il avait frôlé ce seuil en 2013.

Un taux négatif signifie que les investisseurs qui ont racheté un titre de dette ne se verront pas rembourser l'intégralité de la somme versée s'ils le gardent jusqu'à son échéance. Fin 2020, la quantité de dettes à taux négatifs avait culminé à 18.400 milliards de dollars, les rendements s'étant effondrés sous l'effet des politiques ultra-accommodantes des banques centrales dans le monde. Certaines, dont la Banque centrale européenne, avaient rendu négatif le taux directeur pour les banques commerciales qui stockent leur argent chez elles, afin de les pousser à accorder des crédits pour les ménages et les entreprises, et ainsi relancer la croissance.

Des contraintes réglementaires ou des taux un peu moins négatifs sur les obligations pouvaient pousser les investisseurs à accepter de perdre de l'argent en le plaçant sur des produits financiers. Mais l'environnement économique a changé en (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Recrutement des hôtesses de l'air : une compagnie aérienne dans la tourmente
Inflation : Michel-Édouard Leclerc accuse des députés d'avoir cédé au lobby des industriels
Connaissez-vous les différents types de moteurs d’avion ?
Leur dissolvant solide est plus doux pour les ongles et l'environnement
Scandale H2O : des milliers d’épargnants vont porter plainte