Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 276,99
    -394,05 (-0,99 %)
     
  • Nasdaq

    16 873,36
    +71,81 (+0,43 %)
     
  • Nikkei 225

    39 103,22
    +486,12 (+1,26 %)
     
  • EUR/USD

    1,0820
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    18 868,71
    -326,89 (-1,70 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 677,38
    -2 173,73 (-3,35 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 467,87
    -34,79 (-2,31 %)
     
  • S&P 500

    5 303,40
    -3,61 (-0,07 %)
     

Pratiques anticoncurrentielles : pourquoi Apple a rejeté la nouvelle version de l'application iOS de Spotify

Unsplash

C’est ce qu’on appelle une sortie remarquée. Dans un communiqué publié sur X (ex-Twitter), Spotify a tancé Apple. La plateforme de streaming musicale met en cause la marque à la pomme. L’objet du conflit ? Une mise à jour de l’application musicale sur le système d’exploitation iOS, rapporte BFMTV, le 25 avril 2024. D’après Dustee Jenkins, responsable des affaires publiques de Spotify, «en facturant leurs compétiteurs afin qu'ils aient la possibilité de communiquer [leurs prix] avec leurs propres consommateurs, Apple continue d'enfreindre la loi européenne». Ici, il fait référence à Apple Music, en sous-entendant que la plateforme serait ainsi favorisée par rapport aux autres plateformes de streaming non-maison.

Le responsable des affaires publiques appelle de ses vœux que «la Commission applique sa décision». D’après lui, ce n’est qu’à ce prix que les utilisateurs pourront savoir efficacement les différentes politiques tarifaires entre Spotify et Apple Music. Concrètement, Dustee Jenkins estime qu’Apple n’a pas respecté le droit européen en refusant la mise à jour que lui avait soumise Spotify. Cette dernière prévoyait d’intégrer les prix de bases et les informations du site internet.

D’après le responsable des affaires publiques, son entreprise est dans son bon droit. Et il le fait savoir. C’est le «minimum syndical suggéré par la Commission européenne dans le cas des applications de streaming musical», assure-t-il. Ici, Dustee Jenkins se reporte à la législation sur les marchés (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Eurostar : un bug aux douanes britanniques sème la pagaille à la Gare du Nord
Panneaux solaires : «Ma priorité est de replacer les salariés licenciés de Systovi» (Paul Toulouse)
Scandale en Espagne : la Fédération espagnole de foot mise sous tutelle
PSG-Dortmund : les prix des billets à la revente explosent
Roland-Garros : voici combien vont toucher les joueurs et joueuses de tennis