La bourse ferme dans 4 h 12 min
  • CAC 40

    6 213,55
    -83,14 (-1,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 976,88
    -43,03 (-1,07 %)
     
  • Dow Jones

    34 077,63
    -123,04 (-0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,2060
    +0,0019 (+0,16 %)
     
  • Gold future

    1 773,60
    +3,00 (+0,17 %)
     
  • BTC-EUR

    46 331,95
    -851,04 (-1,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 261,13
    -37,83 (-2,91 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,40
    +0,02 (+0,03 %)
     
  • DAX

    15 248,12
    -120,27 (-0,78 %)
     
  • FTSE 100

    6 924,85
    -75,23 (-1,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 914,77
    -137,58 (-0,98 %)
     
  • S&P 500

    4 163,26
    -22,21 (-0,53 %)
     
  • Nikkei 225

    29 100,38
    -584,99 (-1,97 %)
     
  • HANG SENG

    29 135,73
    +29,58 (+0,10 %)
     
  • GBP/USD

    1,3979
    -0,0005 (-0,04 %)
     

Policiers agressés à Herblay: le récit de la traque du troisième suspect

Mélanie Bertrand, avec Mélanie Rostagnat
·2 min de lecture
Deux policiers ont été agressés à Herblay (Val-d'Oise), le 7 octobre 2020. - BFMTV
Deux policiers ont été agressés à Herblay (Val-d'Oise), le 7 octobre 2020. - BFMTV

Cinq mois après l'agression de deux policiers à Herblay dans le Val-d'Oise, un troisième suspect a été interpellé ce vendredi. "Un homme âgé de trente ans, condamné à de multiples reprises, qui a été arrêté dans les Hauts-de-Seine", a précisé à notre antenne Eric Corbaux, le procureur de la République de Pontoise, qui a évoqué "une longue traque".

Le 7 octobre dernier, deux fonctionnaires de police, qui se trouvaient dans une voiture banalisée à Herblay, avaient été agressés par trois personnes qui les avaient roués de coups avant de dérober leur arme de service et de leur tirer dessus. Un premier homme de 28 ans s'était rendu de lui-même à la police de Versailles, et un deuxième avait été interpellé le 1er décembre à Nanterre, dans les Hauts-de-Seine.

Des dizaines de lignes téléphoniques placées sur écoute

Au cours de cette opération, le troisième suspect était parvenu à prendre la fuite. Depuis, les moyens déployés pour le retrouver ont été considérables. À certains temps forts de l'enquête, une centaine de policiers ont été mobilisés, tandis qu'en temps "normal", une trentaine d'agents étaient affectés à l'affaire, rapporte une source proche à BFMTV.

En comptant les balises posées sur son entourage, des dizaines de lignes téléphoniques ont été placées sur écoute mais par prudence, le trentenaire avait pris l'habitude de changer de domicile presque chaque semaine.

"On a travaillé tout son entourage pour le localiser mais à chaque fois qu'on trouvait un nouveau point de chute, on avait quelques jours de retard, il était déjà parti", confie à BFMTV un enquêteur.

Interpellé sans violence à Clichy-la-Garenne

Au début de la semaine, le suspect est localisé dans un appartement parisien, un logement identifié là encore grâce à la surveillance mise en place sur ses proches. Les policiers décident de s'y rendre mardi, mais il avait quitté les lieux la veille. Les enquêteurs ont pu prendre en filature des proches du suspect envoyés dans ce logement pour récupérer des affaires, ce qui les a conduit dans un immeuble de Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine), poursuit la même source.

Selon nos informations, un vaste dispositif a été mis en place avec la BRI au pied du bâtiment dans la nuit de jeudi à vendredi. Au petit matin, l'opération, qui a consisté à "ratisser l'immeuble" et à vérifier l'ensemble des appartements, a été lancée et a permis de retrouver ce troisième suspect. Il était seul, non armé, et s'est laissé interpellé sans violence.

Article original publié sur BFMTV.com