La bourse ferme dans 4 h 20 min

Assurance-chômage : ce qui change à partir du 1er novembre

À partir du 1er novembre, de nouvelles règles et de nouveaux droits s'appliqueront concernant l'assurance-chômage.

Durcissement des conditions d’accès, chômage pour les démissionnaires et indépendants... Dès le 1er novembre, de nouvelles règles d’indemnisation entrent en vigueur pour les demandeurs d’emploi.

Les choses changent pour les demandeurs d’emploi. Suite à l’échec des négociations en février dernier entre les partenaires sociaux, l’exécutif reprend la main sur les conditions du chômage et souhaite un retour à l'emploi durable et le désendettement du gestionnaire du régime, l'Unédic.

Une première série de mesures va s’appliquer dès le 1er novembre et une seconde à partir du 1er avril 2020 dans le but de réaliser 3,4 milliards d’euros d'économies sur trois ans. C’est pourquoi, dès ce vendredi 1er novembre, de nouvelles règles sur le chômage sont mises en oeuvre.

L’accès à l’allocation modifié

La durée minimale de travail pour bénéficier du chômage augmente. Pour ouvrir ses droits à l’indemnisation, le bénéficiaire devra, à partir du 1er novembre, justifier de 6 mois de travail sur les 24 derniers mois, contre 4 mois de travail sur les 28 derniers mois jusqu’à maintenant. Autrement dit, il faudra travailler plus sur un plus court laps de temps. Les conditions sont donc durcies par l’exécutif.

L’autre règle qui connait un fort durcissement est le rechargement des droits. Jusqu’à maintenant, si un demandeur d’emploi travaillait au minimum un mois, il voyait sa durée d’indemnisation prolongée d’un mois. Dès le 1er novembre, il lui faudra aussi au moins travailler six mois pour pouvoir en bénéficier.

Une indemnisation pour les démissionnaires

C’était une promesse d’Emmanuel Macron. Les démissionnaires pourront bénéficier d’une indemnisation, mais sous certaines conditions. La première est d’avoir travaillé dans la même entreprise au cours des 5 dernières années et la seconde est d’avoir un projet de reconversion professionnelle ou de création d’entreprise.

Les indépendants pourront quant à eux bénéficier d’une couverture chômage de 800 euros pendant six mois en cas de liquidation judiciaire. Il faudra tout de même pour cela que l’activité professionnelle ait généré au moins 10 000 euros de revenus par an sur les deux dernières années avant la liquidation.

Moins d’allocation pour les hauts revenus

Pour les salariés qui avaient un revenu supérieur 4500 euros bruts par mois, l’allocation chômage sera moins importante. Leur indemnité sera réduite de 30% à partir du 7e mois de chômage, avec un plancher fixé à 2261 euros net. Le plafond reste lui fixé à 6615 euros net. À noter que les salariés âgés de 57 ans ou plus ne seront pas concernés par la mesure.

Point important, cette réforme de l’assurance-chômage n’est pas rétroactive et concerne uniquement les nouveaux bénéficiaires. L’application de cette réforme s’étendra jusqu’en avril 2020, avec d’autres nouveautés prévues les 1er janvier et 1er avril 2020.

Ce contenu peut également vous intéresser :