Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 724,32
    +97,19 (+1,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 043,02
    +66,89 (+1,34 %)
     
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,10 (+0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,0910
    +0,0040 (+0,37 %)
     
  • Gold future

    2 416,00
    -5,90 (-0,24 %)
     
  • Bitcoin EUR

    54 966,21
    +1 216,23 (+2,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 249,85
    +51,28 (+4,28 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,18
    -0,44 (-0,53 %)
     
  • DAX

    18 748,18
    +213,58 (+1,15 %)
     
  • FTSE 100

    8 252,91
    +29,57 (+0,36 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,32 (-2,45 %)
     
  • HANG SENG

    18 293,38
    +461,08 (+2,59 %)
     
  • GBP/USD

    1,2989
    +0,0074 (+0,58 %)
     

Plusieurs propriétaires de yachts devant la justice pour préjudice écologique

PIXABAY

Des propriétaires de yachts dans le viseur de la justice. «Take Off», «My Falcon» et «Belongers» sont d’imposants bateaux de plaisance qui étaient assignés, vendredi 28 juin, devant le tribunal aux affaires maritimes de Marseille pour avoir endommagé de larges zones d'herbier de posidonie, en mouillant au large des côtes de Beaulieu-sur-Mer ou de Saint-Tropez, rapporte France Bleu Provence. Au total, les propriétaires de quatre yachts étaient ciblés par cette procédure judiciaire.

Si des condamnations pour arrachage de posidonie, une espèce désormais protégée, avaient par le passé déjà été prononcées, avec des amendes pouvant grimper jusqu'à 25 000 euros, en revanche, pour la première fois, la fédération France Nature Environnement demande une réparation financière chiffrée pour le «préjudice écologique» subi. Les herbiers de posidonie sont des plantes aquatiques dont le rôle est essentiel pour la préservation de la biodiversité en Méditerranée. Ces végétaux sont ainsi protégés par la loi avec des zones de mouillage interdites : depuis 2016 dans les Alpes-Maritimes pour les bateaux de plus de 20 m, depuis 2019 pour les plus de 24 m et depuis 2020 par différents arrêtés locaux, rappellent nos confrères.

Avec cette plainte déposée au civil, la préfecture maritime et France Nature Environnement demandent une réparation du préjudice écologique de cette destruction de la nature, qui serait estimé entre 200 000 et 250 000 euros, voire 300 000 euros selon les cas. «Il n'y avait pas de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Télévision : CNews devance BFMTV pour le deuxième mois consécutif
Vol de données : dans l’avion aussi, vous n’êtes pas à l’abri des hackers
Législatives 2024 : le Premier ministre peut-il tout faire en période de cohabitation ?
Une cohabitation pour Emmanuel Macron ? Ce qui change en juillet… L'actu éco en 120 secondes
Législatives 2024 : que prévoient les programmes de RN, NFP et Ensemble pour les jeunes ?