Marchés français ouverture 5 h 29 min
  • Dow Jones

    30 046,24
    +454,97 (+1,54 %)
     
  • Nasdaq

    12 036,79
    +156,15 (+1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    26 613,90
    +448,31 (+1,71 %)
     
  • EUR/USD

    1,1905
    +0,0008 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    26 908,97
    +320,77 (+1,21 %)
     
  • BTC-EUR

    15 949,72
    -77,25 (-0,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    376,74
    +6,99 (+1,89 %)
     
  • S&P 500

    3 635,41
    +57,82 (+1,62 %)
     

Pietraszewski : « Le télétravail est une obligation cinq jours sur cinq »

Propos recueillis par Marc Vignaud
·1 min de lecture
Laurent Pietraszewski est en charge du dossier retraite et de la santé au travail. 
Laurent Pietraszewski est en charge du dossier retraite et de la santé au travail.

Le secrétaire d'État aux Retraites et à la Santé au travail Laurent Pietraszewski, ancien de la DRH d'Auchan, rappelle que le télétravail est une obligation cinq jours sur cinq pour tous les salariés qui peuvent effectuer leurs tâches à distance pendant la période du confinement. Il demande aux entreprises de consulter le Comité social et économique, notamment pour désigner les postes qui peuvent être assurés à distance.

Le Point : La règle du télétravail cinq jours sur cinq pour tous ceux qui peuvent effectuer toutes leurs tâches à distance est-elle suffisamment respectée ?

Laurent Pietraszewski : D'après nos retours, le télétravail monte clairement en puissance depuis la semaine dernière, même si les réalités sont variables d'une entreprise à l'autre, car les entreprises doivent s'organiser. Je note une volonté réelle des employeurs, mais aussi des salariés, de réussir cette deuxième phase de confinement en travaillant à distance. J'insiste sur le fait que les instances représentatives du personnel, notamment le Comité social et économique (CSE), doivent être associées.

C'est ce qui est prévu dans le protocole national en entreprise qui dit que « les employeurs fixent les règles applicables dans le cadre du dialogue social de proximité »?

Au mois de mars-avril, au début du premier confinement, les employeurs ont bien joué le jeu vis-à-vis des représentants du personnel. Ils ont eu des échanges avec le CSE, ou avec les commissions de sécurité et de santé au t [...] Lire la suite