La bourse ferme dans 1 h 29 min
  • CAC 40

    6 724,35
    +55,38 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 965,07
    +30,63 (+0,78 %)
     
  • Dow Jones

    33 733,07
    -119,46 (-0,35 %)
     
  • EUR/USD

    1,0382
    +0,0047 (+0,46 %)
     
  • Gold future

    1 769,00
    +5,30 (+0,30 %)
     
  • BTC-EUR

    16 225,05
    +328,88 (+2,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    400,06
    -0,63 (-0,16 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,60
    +2,40 (+3,07 %)
     
  • DAX

    14 394,91
    +39,46 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 584,81
    +72,81 (+0,97 %)
     
  • Nasdaq

    11 000,56
    +16,78 (+0,15 %)
     
  • S&P 500

    3 949,01
    -8,62 (-0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    27 968,99
    -58,85 (-0,21 %)
     
  • HANG SENG

    18 597,23
    +392,55 (+2,16 %)
     
  • GBP/USD

    1,1988
    +0,0038 (+0,32 %)
     

Passe Navigo : le prix devrait monter à 90 euros en 2023

Kévin Comte

Conséquence de la mise en échec de la proposition visant à augmenter la contribution publique auprès d'Île-de-France Mobilités, le passe Navigo devrait prochainement passer à 90 euros par mois.

Alors que les sénateurs se déchirent sur le vote du budget consacré au réseau de transports franciliens, ce sont les utilisateurs des transports parisiens qui risquent de payer la facture, au sens propre du terme. Comme nous vous l'indiquions aujourd'hui, la majorité sénatoriale de droite n'arrive pas à s'entendre sur l'augmentation de la contribution auprès d'Île-de-France Mobilités (IDFM), une contribution supplémentaire qui devait être financée par une taxe sur la masse salariale des entreprises de plus de 11 salariés. En conséquence, la perspective d'un passe Navigo à 90 euros mensuel est sur le point de devenir une réalité, comme le relate Le Parisien ce jeudi 24 novembre.

À l'origine, cette contribution aurait dû permettre à Valérie Pécresse, la présidente d'IDFM, de limiter l'augmentation du passe aux alentours de 80 euros par mois, au lieu de 75,20 euros actuellement pour les zones 1 à 5. Il n'en sera rien. La pilule est d'autant plus amère à avaler pour la présidente de la région Île-de-France que la fronde est venue de son propre parti, dont plusieurs élus franciliens.

"Dans l’hémicycle, nous étions quasiment tous favorables. Si nous avions fait un vote à la main levée, il serait passé, indique le sénateur LR des Alpes-Maritimes, Philippe Tabarot. Ce dernier regrette que "la majorité sénatoriale ait sorti le scrutin public", qui permet de faire voter les absents. "Cette fois, ils s’en sont servis contre un amendement issu de leur propre parti. Ce qui n’est pas très élégant", (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

VIDÉO - 5 choses à savoir sur la RATP

Trottinettes électriques : les mineurs n'auront plus le droit d'utiliser Dott, Lime et Tier à Paris
Coupe du monde 2022 : les audiences des Bleus sont-elles en berne ?
Les sénateurs se déchirent sur le budget des transports franciliens
Les fausses promos du Black Friday, les ratés du bonus-malus de l’assurance chômage… Le flash éco du jour
Flambée des prix de l'énergie : le Sénat renforce le "filet de sécurité" pour les collectivités locales