La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 754,75
    +35,32 (+0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 786,99
    +100,07 (+0,64 %)
     
  • Nikkei 225

    28 860,62
    +405,02 (+1,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1347
    +0,0074 (+0,66 %)
     
  • HANG SENG

    23 996,87
    +13,21 (+0,06 %)
     
  • BTC-EUR

    44 529,70
    -111,95 (-0,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 320,56
    +15,44 (+1,18 %)
     
  • S&P 500

    4 701,21
    +14,46 (+0,31 %)
     

Pass sanitaire : la sacrée soufflante de Castaner aux députés LREM

·1 min de lecture
« On ne peut pas avoir certains députés de permanence ou des commissions concernées qui considèrent leur présence comme accessoire ou qui ne répondent pas au groupe. On ne nous plante pas », a déclaré Christophe Castaner à ses députés, mardi.
« On ne peut pas avoir certains députés de permanence ou des commissions concernées qui considèrent leur présence comme accessoire ou qui ne répondent pas au groupe. On ne nous plante pas », a déclaré Christophe Castaner à ses députés, mardi.

Christophe Castaner est en colère et il le fait savoir? à ses députés. Mardi 26 octobre au matin, alors que le groupe LREM se réunissait, comme il le fait une fois par semaine, le patron a tapé du poing sur la table, rapporte Le Parisien. Le sujet de la remontrance du jour : le vote, à une voix près, en première lecture du projet de loi « portant diverses dispositions de vigilance sanitaire ». Parmi ces dispositions figure à l?article 2 la possibilité de recourir ou de maintenir le pass sanitaire jusqu?au 31 juillet 2022.

La majorité présidentielle a évité de justesse un nouveau couac la semaine dernière, ce qui, pour le patron des députés LREM, valait bien une mise au point des plus claires. « Nous avons failli perdre sur l?article 2 suite à un coup de rideau », a-t-il tonné en référence à une stratégie bien connue des habitués du Palais Bourbon. Une stratégie qui consiste, comme le rappelle le quotidien, à une arrivée massive de députés de l?opposition dans l?hémicycle juste avant un vote afin que la majorité se retrouve en position de faiblesse. Résultat dans le cas présent : l?article 2 du projet de loi a été adopté in extremis par 74 voix pour, face à 73 voix contre.

Un risque collectif

Pour Christophe Castaner, une situation pareille est inacceptable, il faut jouer collectif : « On ne peut pas avoir certains députés de permanence ou des commissions concernées qui considèrent leur présence comme accessoire ou qui ne répondent pas au groupe. On ne nous pl [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles