Publicité
La bourse ferme dans 6 h 5 min
  • CAC 40

    8 020,15
    +87,54 (+1,10 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 946,69
    +29,70 (+0,60 %)
     
  • Dow Jones

    37 798,97
    +63,86 (+0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,0645
    +0,0024 (+0,22 %)
     
  • Gold future

    2 410,10
    +2,30 (+0,10 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 654,84
    +102,44 (+0,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    85,17
    -0,19 (-0,22 %)
     
  • DAX

    17 865,52
    +99,29 (+0,56 %)
     
  • FTSE 100

    7 859,37
    +39,01 (+0,50 %)
     
  • Nasdaq

    15 865,25
    -19,77 (-0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 051,41
    -10,41 (-0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    37 961,80
    -509,40 (-1,32 %)
     
  • HANG SENG

    16 251,84
    +2,87 (+0,02 %)
     
  • GBP/USD

    1,2473
    +0,0045 (+0,37 %)
     

Okaïdi : le renouveau éclatant d'une marque iconique pour enfants, au détriment des salariés ?

Alf van Beem/Wikimedia Commons

Okaïdi veut faire peau neuve. À en croire les informations des Échos, la marque iconique dédiée aux enfants se restructure pour se relancer même si son chiffre d’affaires n’a pas baissé en 2023. Il en va de même pour son déficit, et ce, alors que des parts de marché ont même été gagnées. Mais le groupe français basé dans le Nord a constaté une «légère baisse de rentabilité», selon le directeur général d’Okaïdi. Comment cette refonte de l’offre commerciale d’IDKIDS, la maison-mère, va-t-elle se traduire ? Deux enseignes du groupe roubaisien vont disparaître : celle dédiée aux jeux Oxybul-Éveil-et-Jeux, ainsi qu’Ïdkids (textile).

Ces deux entités représentent chacune une trentaine de magasins, notamment Idkids qui chapeaute plusieurs marques dont Okaïdi, Obaïdi ou encore Oxybul. Tous vont devenir des Okaïdi+, selon Les Échos, avec de la puériculture, du textile et des jouets de la marque Oxybul. Au total, 253 postes devraient être supprimés ainsi que 58 au sein des fonctions support du groupe à Paris et Roubaix, soit environ 10% des effectifs globaux du groupe (2 253 salariés). «Une stratégie de simplification» qui entre dans le cadre d’une nouvelle «feuille de route» qui constitue «la clé pour pérenniser son projet et assurer une croissance durable de l'entreprise», indique IDKIDS.

À quoi devrait donc ressembler le groupe à la rentrée prochaine ? Plus de sept magasins sur dix seront des Okaïdi et le reste des Okaïdi+ dont la surface sera bien plus grande (de 350 à 400 m²). À ce (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Lactalis sous pression : risque d’une énorme amende pour fraude fiscale
ArcelorMittal investit près d'un milliard d'euros dans Vallourec : un coup de maître dans le secteur de l'acier
JO 2024 : comment Visa compte plier le match avec Mastercard pour vos paiements
Dassault Aviation : un dernier vol en Bourse avant des turbulences majeures ?
E-tourisme : quand le smartphone détrône l’agence de voyage