Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,99 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    +36,90 (+1,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 072,67
    +417,71 (+0,74 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,88 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,02 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2655
    +0,0029 (+0,23 %)
     

Où faut-il se cacher dans la pièce en cas d’explosion nucléaire ?

Des chercheurs ont analysé la vitesse de l’onde de choc d’une explosion nucléaire pour déterminer où se mettre à l’abri dans une pièce.

Il y a plus réjouissant comme tuto. Les chercheurs de l’Université de Nicosie à Chypre ont publié ce 17 janvier une étude sur les effets d’une bombe nucléaire pour voir comment elle affecterait des personnes qui s’abritent dans les bâtiments.

Le rapport se concentre sur une ogive nucléaire de 750 kilotonnes explosée à près de trois kilomètres au-dessus du sol, lancée par un missile balistique intercontinental. Soyons honnête d’abord, si vous êtes dans un rayon d’un kilomètre suivant l’explosion, vous n’avez aucune chance de survie. En l’espace de dix secondes, une onde de choc s’étendrait sur plus de 5 km.

Les structures moins résistantes s’effondreraient et tueraient probablement toute personne assez malchanceuse à l’intérieur. D’un autre côté, les bâtiments en béton trembleraient, mais devraient rester debout. « Avant notre étude, le danger pour les personnes à l’intérieur d’un immeuble en béton armé qui résiste à l’onde de choc n’était pas clair » explique le co-auteur Dimitris Drikakis dans un communiqué de presse. « Nos recherches montrent que le souffle reste un danger considérable et peut encore entraîner des blessures graves, voire mortelles ».

Rester à l’écart des fenêtres

L’onde de choc détruira les fenêtres et les portes et traversera les couloirs.

[Lire la suite]