Marchés français ouverture 14 min
  • Dow Jones

    34 364,50
    +99,13 (+0,29 %)
     
  • Nasdaq

    13 855,13
    +86,21 (+0,63 %)
     
  • Nikkei 225

    27 131,34
    -457,03 (-1,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,1312
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    24 097,23
    -559,23 (-2,27 %)
     
  • BTC-EUR

    31 870,68
    +560,98 (+1,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    818,08
    +7,47 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    4 410,13
    +12,19 (+0,28 %)
     

Mode de scrutin, favoris, résultats... Les règles du congrès LR, qui s'ouvre ce mercredi

·3 min de lecture
Xavier Bertrand, Philippe Juvin, Valérie Pécresse, Michel Barnier et Eric Ciotti - candidats à l'investiture du parti Les Républicains (LR) pour la présidentielle - avant leur débat à Paris, le 30 novembre 2021 - JULIEN DE ROSA © 2019 AFP
Xavier Bertrand, Philippe Juvin, Valérie Pécresse, Michel Barnier et Eric Ciotti - candidats à l'investiture du parti Les Républicains (LR) pour la présidentielle - avant leur débat à Paris, le 30 novembre 2021 - JULIEN DE ROSA © 2019 AFP

876450610001_6284632937001

Le suspense reste entier. Après quatre débats et nombre de meetings, le processus de désignation du candidat à l'investiture de la droite pour la présidentielle arrive à son terme. Samedi, le patron des Républicains (LR), Christian Jacob, proclamera le nom du prétendant pour 2022. A cinq mois du premier tour et alors que toutes les formations politiques ont déjà désigné leur champion.

Contrairement en 2016, où le vote était ouvert à tous les sympathisants de droite, le successeur de François Fillon sera désigné par une primaire fermée. Les militants ont quatre jours pour valider leurs votes électroniques, de ce mercredi à samedi. Seuls les 139.918 adhérents à jour de cotisation pourront participer au scrutin. Ils devront faire leur choix entre Michel Barnier, Xavier Bertrand, Eric Ciotti, Philippe Juvin et Valérie Pécresse.

Deux tours

Le vote se déroule en deux tours. Les deux finalistes désignés par le premier tour de scrutin du congrès seront connus jeudi après-midi. Les militants ont de ce mercredi à partir de 8 heures du matin, jusqu’au jeudi 2 décembre à 14 heures pour voter. Le second tour se déroulera les vendredi 3 et samedi 4 décembre.

Aucune personnalité ne semble avoir "plié le match", selon les sondages. Si l'on se fie aux sondages d'intentions de votes à la présidentielle, pour juger de la capacité à remporter l'élection, Xavier Bertrand fait figure de léger favori. D'après une enquête parue le 29 novembre pour le JDD, s'il était désigné candidat de la droite, le président de la région Hauts-de-France recueillerait 13% des suffrages exprimés au premier tour de la présidentielle. Mieux que Michel Barnier et Valérie Pécresse, que 10% des Français soutiendraient. Le potentiel électoral d'Éric Ciotti et Philippe Juvin semble plus réduit, les deux hommes obtenant respectivement des scores de 6% et 3% dans cette même enquête.

Dans les débats, les candidats ont choisi d'afficher l’unité de la droite, loin des échanges tendus de 2016. Leur objectif: faire du rassemblement une arme pour la présidentielle. Et offrir une image alternative au polémiste désormais officiellement candidat, Éric Zemmour, qui tiendra son grand meeting au Zénith de Paris le lendemain des résultats du Congrès, dimanche.

Brouillard autour des résultats

Les pronostics sont rendus difficiles par l'augmentation des adhésions. Près de 70.000 militants ont pris ou repris leur carte chez LR ces dernières semaines. Leur irruption affaiblira-t-elle la "prime à la fidélité" de ceux restés au sein du parti, comme Michel Barnier et Eric Ciotti, ou mettra-t-elle Valérie Pécresse et Xavier Bertrand en avant, eux qui se sont éloignés des Républicains pour mieux revenir?

"Quel que soit le candidat désigné lors du congrès, aucun n’apparait, à ce jour, en mesure de se qualifier pour le second tour de la présidentielle", indique l'enquête, réalisée à cinq mois de la présidentielle.

Le score d’Emmanuel Macron oscille entre 25% et 28% et celui de Marine Le Pen autour de 19% et 20%.

La semaine suivante s'annonce tout autant décisive. Il s'agira d'enclencher une dynamique jusqu'ici à la traîne. Des éléphants du parti qui n'ont, jusqu'ici, pas désigné leur favori sont attendus au devant de la scène, comme Laurent Wauquiez ou Bruno Retailleau. Le 11 décembre donnera le la, lors d'un grand meeting autour du vainqueur du congrès organisé Porte de Versailles à Paris.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles