La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 865,90
    -50,40 (-2,63 %)
     
  • BTC-EUR

    21 446,33
    -373,53 (-1,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Mise sous tutelle de la ville de Paris : Beaune et Attal se contredisent

© ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

La gestion de la Ville de Paris par la maire Anne Hidalgo est au centre des discussions. Après des propos de la leader du groupe LR au Conseil de Paris, Rachida Dati , sur une possible mise sous tutelle de la capitale par l’État, toutes les décisions d’Anne Hidalgo sont scrutées. Et si l’augmentation de 50 % de la taxe foncière à Paris était l’erreur de trop ? Le ministre des Transports, Clément Beaune, invité ce dimanche du Grand rendez-vous d’Europe 1 , est à son tour revenu sur la situation financière de la capitale. Pour lui, une mise sous tutelle n’est pas « exclue ».

Et pour cause, la capitale est endettée à hauteur de 7,7 milliards d’euros, contre zéro en 2001. Face à cette situation, la maire de Paris a été obligée de renier sa promesse électorale de ne pas augmenter les impôts locaux. « Il y a une situation financière grave et qui n'est pas, comme le dit Anne Hidalgo, liée au Covid-19. Les chiffres sont éloquents, la dette depuis le début du mandat de Madame Hidalgo en 2014 a doublé », a déclaré Clément Beaune .

« C’est gravissime, je ne le souhaite pas »

« C'est gravissime, je ne le souhaite pas, car ce serait un ultime recours extrêmement négatif. Je suis attaché à la liberté, à l'autonomie des collectivités locales et je suis attaché à la responsabilité en politique, donc que chacun assume ses actes », a expliqué le ministre.

Selon lui, les dernières décisions de la maire de Paris illustrent « une fin de règne » apparente. « Bon, qu'elle le dise et qu'elle l'ass...


Lire la suite sur LeJDD