La bourse ferme dans 5 h 34 min
  • CAC 40

    5 746,94
    -36,47 (-0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 333,39
    -15,21 (-0,45 %)
     
  • Dow Jones

    29 590,41
    -486,29 (-1,62 %)
     
  • EUR/USD

    0,9654
    -0,0034 (-0,35 %)
     
  • Gold future

    1 650,50
    -5,10 (-0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    19 780,99
    -81,72 (-0,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    437,32
    -7,21 (-1,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,05
    -0,69 (-0,88 %)
     
  • DAX

    12 214,57
    -69,62 (-0,57 %)
     
  • FTSE 100

    6 965,83
    -52,77 (-0,75 %)
     
  • Nasdaq

    10 867,93
    -198,87 (-1,80 %)
     
  • S&P 500

    3 693,23
    -64,76 (-1,72 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • GBP/USD

    1,0705
    -0,0151 (-1,39 %)
     

Un milliardaire russe se bat en justice contre la décision de la France d'immobiliser ses yachts

Westend61 / Getty Images

Deux superyachts appartenant à Alexeï Kuzmichev, cofondateur de la plus grande banque privée russe Alfa Bank, ont été saisis par les autorités françaises en mars dernier, quelques jours après le début de l'offensive russe en Ukraine. Dans une liste de sanctions publiée le 15 mars, l'UE annonçait le gel de ses avoirs. Mais aujourd'hui, Alexei Kuzmichev a décidé de saisir la justice. Il dénonce la saisie de ses deux yachts amarrés sur la côte d'Azur par les autorités françaises, rapporte Bloomberg.

Le yacht de 17 mètres d'Alexeï Kuzmichev "Little Bear I", d'une valeur de 22 millions de dollars, a été confisqué à Cannes, alors que son second bateau "Little Bear II", évalué à 76 millions de dollars, a été saisi à Antibes. D'après son avocat Me Philippe Blanchetier, "aucun des rapports d'inspection ne fait allusion à la possibilité d'une infraction". "Être russe et riche ne fait pas nécessairement de vous un voyou", a défendu le conseil devant la cour d'appel de Paris. Me Blanchetier a affirmé que l'immobilisation des yachts de son client était une "hérésie", ajoutant que cela ressemblait plus à une saisie qu'à un gel des avoirs et allait au-delà des sanctions de l'UE, relate Bloomberg.

Alexeï Kuzmichev a démissionné de la société d'investissement LetterOne, évaluée à 22 milliards de dollars, début mars. Comme le rappelle Insider, dans son rapport imposant des sanctions à son encontre, l'UE avait indiqué que l'oligarque avait "des liens bien établis" avec le président russe Vladimir (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Airbus décroche un gros contrat avec l'armée brésilienne
VTC : un trafic de cartes de chauffeurs à plus de 3 millions d’euros
Covid-19 : la 8e vague démarre, notre carte de France
Chasse : l'étonnante proposition du Sénat pour mieux encadrer la pratique
“On se sent complètement oubliés" : le désespoir des élèves encore sans lycée