La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 600,66
    +54,17 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 126,70
    +30,63 (+0,75 %)
     
  • Dow Jones

    34 479,60
    +13,36 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 879,50
    -16,90 (-0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    29 404,34
    -1 699,97 (-5,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    924,19
    -17,62 (-1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,78
    +0,49 (+0,70 %)
     
  • DAX

    15 693,27
    +122,05 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 134,06
    +45,88 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 069,42
    +49,09 (+0,35 %)
     
  • S&P 500

    4 247,44
    +8,26 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 948,73
    -9,83 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,25 (+0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4117
    -0,0060 (-0,42 %)
     

Michel Fourniret : ce trésor du "gang des postiches" qu'il avait déterré pour se l'approprier

·1 min de lecture

Il n'y a rien que l'"ogre des Ardennes" n'ait pas tenté. Décédé ce lundi 10 mai à l'Unité hospitalière sécurisée interrégionale (UHSI) de la Pitié-Salpêtrière à Paris, Michel Fourniret laisse derrière lui un parcours criminel sinistre ponctué d'au moins 11 meurtres, dont celui de la petite Estelle Mouzin, disparue le 9 janvier 2003 à Guermantes. Mais s'il est surtout connu pour la violence de ses crimes et son absence totale de culpabilité, Michel Fourniret n'a pas uniquement arpenté les routes de France et de Belgique pour tuer ; il l'a aussi fait pour l'argent.

Incarcéré une première fois le 25 mars 1984 pour une dizaine d'agressions et viols sur mineurs, Michel Fourniret fait, lors de son séjour à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, la rencontre de Pierre Hellegouarch. Ce dernier a eu vent de l'existence d'une large somme d'argent et lui demande d'aller, en compagnie de sa compagne Farida Hammiche, récupérer un magot dissimulé derrière une tombe du cimetière de Fontenay-en-Parisis. En mars 1988, Fourniret s'exécute. Épaulé par sa compagne Monique Olivier et par Farida Hammiche, l'ex-taulard creuse à l'arrière de la tombe de Louis Gloriand. Il y déniche le butin des postiches, plus de 50 kilos de lingots et pièces d'or récoltés par le gang des postiches au fil de braquages de banques réalisés de 1981 à 1986. De cet incroyable magot, Fourniret doit récupérer 500 000 francs (environ 75 000 euros), en remerciement de son aide apportée.

50

(...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Une femme plante un couteau dans le mollet d'un policier, son collègue lui tire dans la tête
Nicolas Dupont-Aignan : il perd ses nerfs chez Pascal Praud en parlant de Nordahl Lelandais
Un homme accusé d'agression sexuelle sur une femme alors que son épouse dormait à côté de lui
Nordahl Lelandais condamné : le verdict au procès du meurtre d'Arthur Noyer est tombé
Le corps dénudé d'une jeune fille non identifiée découvert en pleine rue