La bourse ferme dans 4 h 56 min
  • CAC 40

    5 992,94
    +198,79 (+3,43 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 457,71
    +115,54 (+3,46 %)
     
  • Dow Jones

    29 490,89
    +765,38 (+2,66 %)
     
  • EUR/USD

    0,9900
    +0,0073 (+0,74 %)
     
  • Gold future

    1 720,70
    +18,70 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    20 175,84
    +659,70 (+3,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    453,84
    +18,49 (+4,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,42
    +0,79 (+0,94 %)
     
  • DAX

    12 598,25
    +388,77 (+3,18 %)
     
  • FTSE 100

    7 039,31
    +130,55 (+1,89 %)
     
  • Nasdaq

    10 815,43
    +239,82 (+2,27 %)
     
  • S&P 500

    3 678,43
    +92,81 (+2,59 %)
     
  • Nikkei 225

    26 992,21
    +776,42 (+2,96 %)
     
  • HANG SENG

    17 079,51
    -143,32 (-0,83 %)
     
  • GBP/USD

    1,1363
    +0,0044 (+0,39 %)
     

Meta pousserait ses employés vers la sortie pour réduire ses coûts

Julien Eichinger/Adobe Stock

Face à une croissance en berne et à la concurrence de TikTok, Meta, la maison mère de Facebook et d'Instagram, aurait enclenché un plan de réduction de ses coûts, rapporte le Wall Street Journal, mercredi 21 septembre. Il s'agirait de réduire ses dépenses de fonctionnement de 10%, en passant principalement par une réduction de son personnel. Mais pour éviter de licencier massivement, le groupe fondé par Mark Zuckerberg pousserait certains cadres vers la sortie en réorganisant les départements et en demandant à tous ceux qui ne font plus partie de la nouvelle organisation de se positionner sur d'autres postes au sein de l'entreprise, dans un temps limité.

La presse s'était déjà fait l'écho de la volonté de Meta de geler les embauches, mais jusqu'à présent, le mot "licenciement" n'avait jamais été officiellement ou officieusement prononcé. Contactée par nos confrères de Wall Street Journal, Meta a répété une déclaration de Mark Zuckerberg de juillet dernier, selon laquelle l'entreprise devrait réaffecter des ressources vers les priorités de l'entreprise. Le porte-parole de l'entreprise n'a pas souhaité préciser le nombre d'employés concernés par ces "réaffectations".

Jusqu'à présent, les salariés dont le poste est supprimé qui ne parviennent pas à trouver un autre poste en interne sont licenciés au bout de trente jours. Selon des cadres contactés par nos confrères, la règle ne concernait jusqu'à présent que des personnes jugées indésirables, dont la société souhaitait réellement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Taux, élections… l’Italie inquiète la zone euro : le conseil Bourse
La livre Sterling, proche du plus bas niveau de son histoire
Rodolphe Belmer nommé à la tête de TF1
La startup américaine Boom présente le design définitif de son avion supersonique
CAC 40 : la Bourse s'inquiète de l'envolée des taux et des élections en Italie