Publicité
La bourse ferme dans 6 h 38 min
  • CAC 40

    8 013,02
    -44,78 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 011,44
    -18,91 (-0,38 %)
     
  • Dow Jones

    38 852,86
    -216,74 (-0,55 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    -0,0022 (-0,21 %)
     
  • Gold future

    2 346,80
    -9,70 (-0,41 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 529,59
    -343,75 (-0,55 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 460,65
    -24,05 (-1,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,50
    +0,67 (+0,84 %)
     
  • DAX

    18 606,49
    -71,38 (-0,38 %)
     
  • FTSE 100

    8 242,03
    -12,15 (-0,15 %)
     
  • Nasdaq

    17 019,88
    +99,08 (+0,59 %)
     
  • S&P 500

    5 306,04
    +1,32 (+0,02 %)
     
  • Nikkei 225

    38 556,87
    -298,50 (-0,77 %)
     
  • HANG SENG

    18 477,01
    -344,15 (-1,83 %)
     
  • GBP/USD

    1,2756
    -0,0007 (-0,06 %)
     

La Mer de la tranquillité : le nouveau chef-d’œuvre d’Emily St. John Mandel

Dans La Mer de la tranquillité (Rivages, rentrée littéraire 2023), Emily St. John Mandel déploie tous les possibles avec une puissance littéraire remarquable. Au fil de ces histoires croisées à travers le temps, les mots de la romancière découvrent les vérités intimes de l’existence. Quelques années après Station Eleven, Emily St. John Mandel confirme son talent.

Avec Station Eleven, publié en 2014, Emily St. John Mandel avait écrit l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la littérature contemporaine. Situé dans un monde post-apocalyptique, et imprégné de flashbacks à notre époque, ce roman était une fresque de l’espoir, une ode à toutes les formes d’art pour habiter le monde car « survivre ne suffit pas ». C’est donc avec une certaine délectation anticipée que l’on se plonge dans La Mer de la tranquillité.

Paru en France ce 23 août 2023 chez Rivages, cet ouvrage est une lecture essentielle, douce et vertigineuse. Un roman qui, reposant pourtant sur le voyage dans le temps, interroge notre propre époque avec finesse. Que reste-t-il de nous, derrière les grands enjeux de notre décennie ? Que partageons-nous de plus profond que les maux d’une ère ?

PUBLICITÉ

Emily St. John Mandel démarre son roman en 1912, puis nous emmène au début du 21e siècle alors qu’une certaine pandémie de covid émerge, avant de nous propulser encore deux siècles plus loin au sein de colonies spatiales. Il y a plusieurs points temporels,

[Lire la suite]

Crédits photos de l'image de une : Source : Rivages