Marchés français ouverture 7 h 24 min
  • Dow Jones

    35 719,43
    +492,40 (+1,40 %)
     
  • Nasdaq

    15 686,92
    +461,76 (+3,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 682,17
    +226,57 (+0,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,1282
    +0,0009 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    23 983,66
    +634,28 (+2,72 %)
     
  • BTC-EUR

    44 900,38
    -317,06 (-0,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 307,20
    -14,08 (-1,07 %)
     
  • S&P 500

    4 686,75
    +95,08 (+2,07 %)
     

Menée par des salariés frustrés et épuisés, une vague de grèves secoue les Etats-Unis

·2 min de lecture

Des équipes de tournage d'Hollywood aux ouvriers des tracteurs John Deere, des dizaines de milliers de travailleurs américains ont engagé des mouvements de grève cet automne.

Ouvriers, infirmiers ou travailleurs du spectacle, des dizaines de milliers de travailleurs américains, fatigués par de longues heures de travail pendant la pandémie et frustrés face aux profits de leurs employeurs, ont engagé des mouvements de grève cet automne.

S'ils ne parviennent pas à un accord avec les studios hollywoodiens sur l'adoption d'une nouvelle convention collective, les 60.000 membres du syndicat IATSE, qui représente les équipes de tournage dans le pays, ont prévu de débrayer lundi. Quelque 31.000 employés du groupe de santé Kaiser Permanente dans l'ouest des Etats-Unis menacent aussi de cesser, sous peu, le travail. Depuis jeudi, 10.000 salariés du constructeur de tracteurs John Deere sont, eux, déjà en grève; 1.400 chez le fabricant de céréales Kellogg's depuis le 5 octobre, et plus de 2.000 employés de l'hôpital Mercy à Buffalo depuis le 1er octobre.

Le mot "Striketober", contraction de "strike" (grève) et october (octobre), est apparu sur les réseaux sociaux. La star de l'aile gauche du parti démocrate, Alexandria Ocasio-Cortez, l'a même mis en avant jeudi sur Twitter.

Sacrifices

Pendant la pandémie, pour compenser les nombreux absents, "on a sacrifié du temps avec nos familles, on a manqué les matchs des enfants, des dîners, pour s'assurer que les boîtes de céréales soient dans les magasins", raconte Dan Osborn, mécanicien chez Kellogg's depuis 18 ans. "Et c'est comme ça qu'on nous récompense? En nous demandant de faire des concessions alors même que le PDG et les grands chefs s'accordent des augmentations?", s'offusque-t-il.

Ce président de la section locale du syndicat BCTGM, se sent floué. "On ne demande pas d'augmentations de salaires", remarque-t-il. Et les employés ne rechignent pas aux(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles