Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    40 478,00
    +62,56 (+0,15 %)
     
  • Nasdaq

    18 044,54
    +36,98 (+0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    39 594,39
    -4,61 (-0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0857
    -0,0037 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    17 469,36
    -166,52 (-0,94 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 677,37
    -1 601,19 (-2,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 356,09
    -29,17 (-2,11 %)
     
  • S&P 500

    5 572,66
    +8,25 (+0,15 %)
     

Médicaments, consultations… pourquoi vous risquez de payer plus cher en 2024

Nicolas Sandanassamy/Capital

Se soigner coûtera plus cher l’année prochaine. Et pas seulement à cause de la maigre revalorisation des tarifs de consultation des médecins. Invitée de France Bleu ce mercredi 23 août, la Première ministre Elisabeth Borne a admis que l’augmentation des franchises médicales “fait partie des réflexions” pour redresser les finances publiques. En juin dernier, le ministre de l’Économie et des Finances Bruno le Maire préparait déjà les esprits, lors des assises des finances publiques, à une hausse du reste à charge des Français pour les médicaments délivrés sur ordonnance dans les pharmacies.

De quoi s’agit-il concrètement ? Ces franchises médicales correspondent en fait à un forfait automatiquement déduit de vos remboursements par la Sécurité sociale. Par exemple, lorsque vous récupérez des médicaments prescrits par votre médecin en officine, l’Assurance maladie retire 50 centimes de votre prise en charge. Mais vous ne vous en rendez pas forcément compte, à moins de jeter un œil à votre relevé de remboursements sur votre espace Ameli. Dans le cas des médicaments, il faut consulter les “paiements à un tiers”.

>> Notre service - Faites des économies en testant notre comparateur d’Assurances Santé

Et pour cause, en pharmacie, vous n’avez en général rien à avancer de votre poche pour des médicaments remboursables totalement ou partiellement par la Sécu. Si vous présentez votre carte Vitale, c’est le jeu du tiers payant qui s’applique : votre caisse primaire d’Assurance maladie (CPAM) (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite