La bourse est fermée

Lydia : attention aux frais d'inactivité !

Vincent MIGNOT

L’application de paiement Lydia prévient ses usagers inactifs depuis plus de 12 mois qu’il risque de payer 30 euros de frais d’inactivité. Est-ce normal ? Et qu’en est-il dans les autres néobanques ?

Il y a un an ou plus, vous avez téléchargé sur votre mobile l’application de paiement Lydia ? Vous y avez ouvert un compte, mais vous ne l’utilisez plus ? Alors vous avez probablement reçu un courriel de sa part. Selon iGeneration, la néobanque est en train de contacter ses clients n’ayant effectué aucune opération au cours des 12 mois pour les encourager à donner signe de vie. A défaut, elle prévient qu’elle prélèvera «des frais annuels d’inactivité de 30 euros (…) au titre de la loi Eckert». Dans la limite, bien sûr, du montant disponible sur le compte : si le solde est à 0, vous n’avez rien à craindre.

Qu’est-ce donc que cette loi Eckert citée par Lydia ? Promulgué en juin 2014, ce texte porté par le secrétaire d’Etat au Budget de l’époque, Christian Eckert, s’est donné pour objet de lutter contre l’oubli des comptes bancaires et des contrats d’assurance vie. Il contraint notamment les établissement teneurs de comptes à détecter ceux qui sont inactifs depuis plus de 12 mois et de tenter de contacter leur titulaire. A défaut, ils peuvent prélever des frais d’inactivité, dans la limite de 30 euros par an. Lydia a ainsi choisi de s’aligner sur ce plafond réglementaire.

Lire la suite sur MoneyVox

Ce contenu peut également vous intéresser :

Voir également
Assurance vie : pourquoi il ne faut pas avoir peur des unités de compte
Soins dentaires : jusqu'à 1 400 euros de reste à charge pour une couronne
Réduction Pinel : que se passe-t-il en cas de divorce ou de décès ?